Le Pôle techno, instrument du futur

, par christophe

Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent les deuxième et troisième phase des travaux du “Pôle techno”. Car Nogent – on dépasse le seul Pôle – veut accueillir plus encore d’étudiants et se dote des moyens pour y parvenir. Le Pôle technologique Sud Champagne est l’instrument du futur

Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent les deuxième et troisième phase des travaux du “Pôle techno”. (JHM du 10 mai 2016)

« J’ai bien entendu votre souhait. Nous saurons vous répondre positivement » Cette phrase-là, prononcée lundi après-midi par Philippe Richert, a été la seule phrase applaudie spontanément par la salle. Toutes les autres marques sonores de satisfaction ont été émises à la fin de chaque discours, comme autant de ponctuations polies. Mais là, en plein milieu de son propos, le Président de Région a dû s’interrompre pour laisser passer les bravos.

Il était là dans l’amphi bondé de l’antenne nogentaise de l’Université de technologie de Troyes. Les chaises ajoutées n’y suffisaient pas. Les étudiants étaient restés debout et les portes avaient été ouvertes dans le fond sur un horizon de colza pour rafraîchir l’espace saturé. Donc, Philippe Richert parlait et venait de dire oui à Anne-Marie Nedelec ; il venait de dire oui à Pierre Koch, le président de l’UTT ; il venait de dire oui à Frédéric et Sandrine Sanchette et leurs collaborateurs ; il venait de donner raison formellement à tous ceux qui depuis une quinzaine d’années ont construit pierre après pierre ce désormais fameux “Pôle techno”.

GIF - 81.4 ko
crédits : Photo Dominique Piot
Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent le Pôle technologique Sud Champagne.

Les anciens maires de Nogent étaient là, qui buvaient du petit-lait. Régis Flot, Jean-Loïc Carré étaient là : ces deux artisans des premiers dossiers, des premiers plans, ces initiateurs, avec d’autres, de l’idée fondamentale : mettre en un même lieu, au milieu de nulle part, des entreprises, des chercheurs, des étudiants. Sauf que nulle part n’était pas rien : c’était Nogent, terre de besogneux à l’âme forgée au travail du métal.

Ce Pôle, dit “techno” porte presque mal son nom, tant il fut, dans sa genèse, dans ses racines, dans sa croissance, d’abord humain. Les humains qui se sont penchés sur son berceau ne croyaient pas aux fées, mais aux faits. De la première pierre, posée par vents mauvais, jusqu’à cette inauguration des deuxième et troisième tranches, ces humains du CRITT, ces humains de Nogentech, ces humains de l’UTT, ces élus de terrain qui s’étaient dotés d’un fort bel outil sur le papier, en ont fait une machine à projets.

L’inauguration n’était pas un satisfecit du genre “on a terminé” mais plutôt une ode à l’avenir. Car qu’est-ce d’autre que sourire au futur que de former des étudiants ?

La Haute-Marne sait-elle que 20 % des premiers ingénieurs diplômés sont aujourd’hui en CDI dans les entreprises de notre territoire ? Et si ces entreprises les ont gardés – quand ces entreprises sont des grandes – c’est qu’ils ont quelques vertus.

Pour entendre comme il faut les entendre ces applaudissements, il faut revenir presque un an en arrière, quand le projet se battait, menacé qu’il se sentait par d’autres desseins, peut-être ardennais.

Car Nogent – on dépasse le seul Pôle – veut accueillir plus encore d’étudiants et se dote des moyens de les loger par exemple. Et l’UTT fait plus qu’accompagner l’idée : il l’épouse. Un doute sournois sapait cette attente de développement. Hier, donc, en une phrase, Philippe Richert l’a levé : ce projet de développement pourra s’adosser sur la nouvelle région. Davantage encore d’ingénieurs sortiront de Nogent. De nouveaux thésards soutiendront, à l’endroit-même où Philippe Richert a rendu hommage à tous les acteurs de l’histoire du Pôle, « femmes et hommes convaincus de la justesse du chemin engagé ». Mesurant ô combien la pente de ce chemin, les “anciens” ont apprécié. Qu’on ne s’y trompe pas : c’est bien aux jeunes, debout dans le fond de la salle, que s’adressait ce clin d’œil malicieux à l’avenir.

Françoise Suliman, préfet, a l’esprit de synthèse : « le Pôle est l’instrument du futur » a-t-elle conclu. Elle a tout compris.


JHM du 19 septembre 2016 - Dominique Piot
http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2016/09/19/le-pole-techno-instrument-du-futur/


Pour en savoir plus :

- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne.
- Nogentech : un écosystème qui fait rimer metallurgie et orthopédie
- Le cluster Nogentech
- Le contexte économique Grand Est est favorable au deuxième trimestre 2017