Agglo de Chaumont : la nouvelle donne

, par christophe

Les acteurs économiques de la nouvelle Agglo n’ont pas attendu la fusion au 01 janvier 2017 pour anticiper et intégrer la nouvelle donne dans leur stratégie. 2017 sera une année charnière pour l’économie (industrie, commerce) du tout nouveau territoire. Nogent, apporte son tissu industriel qui tutoie l’avenir du regard…

(JHM du 10 janvier 2017 - Dominique Piot)

Chaumont-Nogent : la mariée est bien belle

Il est des exemples où l’économie défie les frontières administratives. Elle fait peu de cas des cartes. Le réel est têtu : les entreprises d’Ancerville (Meuse) se sentent souvent bragardes. Celles de Sarrey (arrondissement de Langres) se sentent bien nogentaises.

Il est d’autres cas où la redistribution des cartes administratives fait bouger les lignes économiques. Voilà quelques jours, l’interco. de Chaumont, Bologne-Vignory-Froncles a fusionné avec le Bassin nogentais. Pour Chaumont et le centre du département en général, économiquement parlant, la chose est tout sauf anecdotique. Nogent, n’est pas que des habitants. On y trouve des grosses entreprises (Forges de Courcelles), des entreprises du médical en pointe (Marle, Lasserteux etc.), mais aussi un Pôle techno, avec sa pépinière, auxquels il faut associer le CRITT MDTS et les étudiants de l’antenne de l’Université de technologie de Troyes (UTT) à Nogent. Économiquement, industriellement, tout cela fait de Nogent un “mot compte double”. Voire triple !

Les acteurs économiques de la nouvelle Agglo n’ont pas attendu cet article pour anticiper et intégrer la nouvelle donne dans leur stratégie 2017. Elle devra s’appuyer sur trois piliers : Lisi, le Complexe aquatique, sportif et culturel et Nogent.

En déménageant ses Forges de Bologne vers Plein’Est, Lisi provoque le chantier de la décennie. On va le voir, les conséquences vont compter.

Le Complexe aquatique, sportif et culturel sera d’abord un chantier avec – qui sait ? – des entreprises locales. Mais on devine déjà que tout le sud de Chaumont va s’en trouver modifié. Les commerces, notamment, gagneront à anticiper.

Quant à Nogent, la mariée est bien belle et le rapprochement Chaumont-Nogentech est déjà en cours.

Commerce
Moulin Neuf : la nature a horreur du vide

En termes de commerce, les compétences de l’agglo et celles des communes peuvent être partagées. On peut imaginer que l’agglo interviendra sur les gros dossiers, sur l’aménagement (ex : le Moulin Neuf) et que les communes se chargeront peut-être plus spécifiquement des commerces de proximité.

De gros dossiers sont ouverts. On va le voir, ils sont souvent liés les uns aux autres. Prenons le Moulin Neuf. La mutation est se poursuit avec l’arrivée de la Foir’Fouille et Gémo qui passerait du vêtement à la chaussure. À immédiate proximité se trouvent les abattoirs qui pourraient bien quitter le site. Ce faisant, ils libéreraient 1,3 ha… De quoi créer ou déménager un magasin de bricolage qui serait déjà à proximité, mais un peu (beaucoup) à l’étroit. De quoi aussi séduire un Décathlon ou une autre enseigne de sport : des études révèlent qu’il y aurait un potentiel de chiffre d’affaires de plusieurs millions d’euros sur le sport à Chaumont ; certains imaginent même déjà une orientation chasse-pêche-outdoor fort opportune. En sports, il n’y a pas que Décathlon…

En bricolage, il n’y a pas que le Monsieur du même nom. Ce qui est sûr, c’est qu’il existe un vrai marché potentiel à Chaumont. Juan Moralès le sait plus que quiconque. Son projet de Brico Leclerc, retoqué notamment parce qu’il prévoyait un sous-sol en zone inondable, pourrait revenir – va revenir – en tenant compte des caprices de la Marne. Et si Monsieur Bricolage déménage, il y aura aussi de la surface à occuper : contrairement à la Vendue, dans cette zone, la nature a horreur du vide.

Chaumont sud : l’effet Buffalo

L’avenue de la République et ses proches environs constituent certainement la zone de Chaumont qui va évoluer le plus cette année. L’arrivée du Buffalo Grill sera suivie de quelques autres. On parle beaucoup d’un restaurateur du même type, mais spécialisé dans le poulet, pour s’installer à immédiate proximité, toujours sur le quartier Foch ; le même quartier qui va accueillir l’Aldi qui se trouve Village Lafayette.

Prenez un plan de Chaumont : on est près, tout près du défunt Bricomarché qui va accueillir plusieurs cellules commerciales. On peut faire confiance à Amador Sanchez pour que les choses avancent vite. Le bâtiment est déjà mis à nu. L’avenue de la République devient un axe offrant bien des attraits pour les 18 000 véhicules qui l’empruntent chaque jour.

Ce quartier-là en jouxte un autre, qui verra bientôt sortir de terre le fameux Palestra, alias complexe aquatique et multi-activité. Avec ou sans CVB, mais surtout avec, on peut imaginer qu’il attire du monde. Cela créera des opportunités.

Quid, dans ce contexte, de la verrue Viralu dont l’emplacement revalorisé va pouvoir susciter de nouvelles convoitises ? De toute évidence, c’est là que Chaumont bouge le plus.

Cette effervescence économique des quartiers sud de Chaumont ne saurait-elle léser LE projet emblématique de la Vendue ? Tout ce qui s’installera avenue de la République en 2017 n’ira pas aux portes de Chaumont. Alors qui ?

Chantiers : du grain à moudre

Lisi, qui va déménager ses forges à l’entrée de Chaumont, a tout changé. Sur place, les travaux de l’agglo pour le dévoiement des réseaux et la mise à plat des 10 hectares seront terminés avant l’été. Les “choses sérieuses” pourront commencer. Avec quelles entreprises ? L’ampleur des travaux désigne plutôt des grands groupes, qui sous-traiteraient des miettes ou davantage aux entreprises haut-marnaises. À moins que les locaux n’aient la bonne idée d’anticiper et de se regrouper pour être retenus par la commission d’appels d’offres.

Rêvons un peu : on imagine en amont, maintenant, une séquence de travail commune FFB-Capeb pour que les entreprises du territoire s’organisent. Après-tout on est en période de vœux et de résolutions ambitieuses… Il faudra bien nourrir et peut-être loger les acteurs de cet énorme chantier, comme ceux, plus modestes, du quartier Foch. Cela aussi, c’est du grain à moudre pour l’économie chaumontaise en 2017 et au-delà.

Lisi fait enfin décoller Plein Est. CMUP suit et quitte la Dame Huguenotte pour des installations plus spacieuses et fonctionnelles sur la nouvelle zone. On connaît au moins un locataire de la pépinière dont la convention arrive à échéance, qui pourrait lui aussi jouer dans la “cour des grands” : son probable futur terrain est déjà identifié.

Nogent, c’est du gagnant/gagnant

Dans le registre économique, se rapprocher formellement de Nogent était la meilleure chose qui pouvait arriver à Chaumont. Incitons les Chaumontais casaniers à égarer leur pas entre Marle et le Pôle techno , sur une zone où l’on devine poindre de nouveaux bâtiments, pour prendre la mesure de ce qui se passe là en croisant des étudiants, des doctorants, certains de trouver du travail au terme de leur formation. C’est cela, Nogent, avec un passé industriel qui tutoie l’avenir du regard… Tout ce qui fait parfois défaut à Chaumont.

L’ancienne agglo souffrait d’un déficit d’immobilier d’entreprises (à part l’ancien Atlas à Brethenay et Viralu à Chaumont). Dans ce registre, il y a du potentiel, à Nogent, valable pour de l’endogène (comme Artifil à Semoutiers) ou de l’exogène. Les Chaumontais de l’agglo ne seront plus seulement présents et polis lors des travaux de Nogentech. Ils ont compris tout l’intérêt pour les entreprises de pérenniser et de développer des formations universitaires et/ou professionnelles. Et si la commune de Sarrey (Chesneau et HMP tout de même !) reste sur le papier écartée de la redistribution des cartes, les liens naturels entre les forgerons du médical et de l’aéronautique d’un côté et les polisseurs de l’autre, surmonteront les pointillés qui les séparent.

Un centre-ville fragilisé

Les crispations exacerbées qui sont apparues lors des animations de fin d’année entre commerçants du centre-ville et élus (entre autres) ne sont que des signes extérieurs d’une tension profonde d’un monde qui ne veut pas disparaître mais ne sait plus à quel saint se vouer. L’absence provisoire d’un manager de commerce n’est qu’un signe de plus du grand désarroi qui habite le secteur. 2017 verra arriver un “manager de ville et de territoire”. On est prié de noter le changement de vocabulaire.

Au centre du centre, l’ancienne galerie Bouchardon demeure privée. La puissance publique doit-elle – peut-elle – acheter, puis raser ? Au centre-ville toujours, des loyers exorbitants sont autant de tue-projets. Certains propriétaires exigent encore des pas-de-porte avant d’entrer. Chaque commerce qui tombe fragilise ceux qui restent. Le chantier est énorme, mais il est déjà dans les têtes, dans les habitudes, dans les certitudes d’un autre âge. En 2017, avec les Chambres, la nouvelle Agglo devra arrêter une stratégie cohérente avec une UCIA plus forte, plus crédible. Sinon…

Au quartier Foch, l’entreprise Cangi a entamé les travaux du futur site de Géco.

Cette société est spécialisée dans le secteur d’activité de l’ingénierie et des études techniques. En 2014, Geco a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros.

Le chiffre

47 000

Tel est le nombre d’habitants, répartis dans 64 communes, de la nouvelle Agglo de Chaumont.


2017 sera une année charnière pour l’économie (industrie, commerce) du tout nouveau territoire (JHM du 10 janvier 2017 - Dominique Piot)
http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2017/02/09/agglo-de-chaumont-la-nouvelle-donne/