Une étudiante de l’UTT-Nogent nominée au prix académique

, par christophe

Sur 438 étudiants de l’UTT Troyes, Chloé Lerin, de l’antenne de Nogent (52800) en Haute-Marne, a été nominée avec six autres diplomés ingénieurs, pour le prix académique, lors de la cérémonie officielle de remise des diplômes de l’UTT qui s’est tenue à Troyes, samedi 21 novembre 2015. Portait.

Photo, de gauche à droite : Frédéric Sanchette, Directeur de l’antenne de l’UTT de Nogent et Responsable de la formation MM, Chloé Lerin et Daniel Voillequin 4ème adjoint de la Mairie de Nogent (52800), commission développement économique crédit photo : Christophe Juppin - 21 novembre 2015

GIF - 24.2 ko
Sur le site de l’UTT
Les étudiants de Nogent (52800) en Haute-Marne ont reçu leur diplôme en mécanique matériaux par apprentissage à la cérémonie officielle de remise des diplômes d’ingénieurs, de master et de licence professionnelle de l’UTT qui s’est tenue à Troyes, samedi 21 novembre 2015.

Près de 1300 personnes y ont assisté, venues de toute la France. Cette année, 438 diplômes d’ingénieur ont été remis et 21 concernent les étudiants en Matériaux et Mécanique par apprentissage de l’antenne de Nogent, dirigée par Frédéric Sanchette.

Toute l’équipe nogentaise a salué leur travail. Plus particulièrement Chloé Lerin qui se trouve dans le "Top 6" des nouveaux ingénieurs parmi les 438 diplomés. Une performance remarquable. La sélection se fait à partir des résultats et du nombre de "A" dans les différentes matières.

Des avions aux Tracteurs

Chloé Lerin est originaire d’une petite ville des côtes d’armor, Merdrignac, franchement pas plus grande que Nogent (2-3000 habitants).

" Je suis entrée à l’UTT en prépa intégrée (tronc commun) en 2009 après le lycée militaire de Saint Cyr. Je voulais travailler dans la construction Aéronautique.
Après mon premier stage ouvrier chez Snecma dans la motorisation aéronautique je suis tombée amoureuse de la complexité et de la technologie dont recèlent les moteurs, en plus des challenges environnementaux et de performance qu’ils représentent."

GIF - 130.6 ko
crédits : JHM

"L’apprentissage était la solution parfaite, professionnellement et économiquement (notamment pour mes parents, agriculteurs, qui ont trois filles dans l’enseignement supérieur (en mécanique)). Décidée à travailler dans l’aéronautique, le hasard ou la chance m’ont fait changer de direction."

"J’ai rencontré un recruteur de John Deere sur le salon UTT-Entreprise plusieurs mois avant, sans but de trouver un contrat d’apprentissage. A ce moment là j’ai simplement commencé à discuter avec lui en blaguant à propos d’un outil agricole que j’avais toujours voulu inventer pour mon père et que John Deere avait déjà. Ils m’ont rappelé un mois plus tard et je suis passée des moteurs d’avion aux moteurs diesel de tracteur."

Chloé Lerin a donc travaillé chez John Deere Power System à Orléans (au Bureau d’étude européen), et étudié à Nogent pendant 2 ans. A Orléans je faisais partie du service PV&V (Product Verification and Validation) en charge des essais de vibration et de bruit sur les moteurs 2,9L à 6,8L équipant tracteurs, groupes électrogènes, bateaux...

Chloé Lerin a beaucoup appris, et cela lui a permis d’appliquer directement ses connaissances apprises en cours à Nogent (Résitance des matériaux, CAO..).
En 2014, elle a fait son stage à l’étranger. John Deere étant une entreprise américaine, Chloé Lerin est partie pendant 3 mois dans l’Iowa au Product Engineering Center, qui est le bureau d’étude mondial. Là bas elle a travaillé au sein du groupe NVH (Noise Vibration and Harshness) sur un projet de cartographie vibratoire du moteur dans le but de représenter les modes de vibration du moteur de base comparés à ceux d’équipements périphériques (Turbochargeurs, Filtres à particules etc. ).

Enrichie par des contacts et cette expérience, Chloé Lerin a souhaité profiter de sa dernière année à l’UTT pour passer 6 mois à l’université du Michigan pour compléter sa formation avec des cours axés moteurs, et bien sûr parfaire son anglais. De là bas, elle ai pu négocier avec John Deere Orléans pour rester aux US pour son dernier semestre. Ellee suis donc retournée dans l’Iowa (pour un deuxième hiver glacial), où elle a pu continuer à travailler avec l’équipe NVH. Cette fois ci , elle a réalisé une étude de recherche des sources de bruit sur un moteur 9,0L, nouvelle génération ainsi qu’une étude d’évaluation de différentes méthodes de caractérisation du coefficient d’amortissement (donnée très importante pour la conception et le choix des matériaux d’un moteur).

Grace à son travail chez John Deere et son souhait de continuer ses études dans la motorisation Chloé Lerin a pu rencontrer d’anciens élèves de l’université du Wisconsin à Madison, dont l’un qui l’a très chaleureusement recommandé à l’un des professeurs là bas.

Aujourd’hui Chloé Lerin étudie pour un Master of Science en Mechanical Engineering (génie mécanique) à l’University of Wisconsin-Madison dans le nord des USA.

"En même temps je suis employée comme Assistant chercheur à l’Engine Research Center, l’un des laboratoires de recherche moteur les plus réputés du pays voire du monde. En plus des études, mon travail est de développer un moteur à injection directe pour petits moteurs. Mon projet est financé par le consortium des petits moteurs du Wisconsin (WSEC) qui comprend : Harley Davidson, Mercury Marine, Kohler et Cummins."

Plus tard, Chloé souhaiterait allier deux passions : la moto et l’attrait pour les nouvelles cultures.

"Mon rêve serait d’aller travailler au Japon pour Honda Racing Corporation."

Chloé tient à terminer en ayant une pensée pour l’équipe de Nogent.

"Tout cela n’aurait jamais été possible sans la formation Matériaux et Mécanique de Nogent, l’apprentissage m’a permis d’apprendre à gérer plusieurs projets en même temps, d’évoluer dans un milieu professionnel (très masculin qui plus est) et de gagner en confiance. La particularité des études en apprentissage est ce qui a attiré mes professeurs à UW-Madison. Les cours à Nogent sont très complets, nous sommes formés à la théorie avec des cours magistraux, que nous appliquons avec des TD mais ce qui fait le plus, ce sont surtout les TP dans les infrastructures de Nogent ou lycées partenaires. C’est un avantage de pouvoir développer un esprit scientifique est des compétences manuelles pour être capable de comprendre les enjeux et la réalité du terrain. "

"A Nogent (52800) en Haute-Marne, nous avions le privilège d’être très bien encadrés, le dialogue est facile avec l’équipe pédagogique qui est toujours là pour nous. L’antenne s’est maintenant bien développée et c’est le signe d’un travail acharné pour promouvoir la Haute-Marne, les technologies et l’UTT. Comme l’a dit Pierre Koch, le but de l’UTT est non seulement de former des ingénieurs, mais aussi des personnes ouvertes culturellement et sur le monde, je pense que c’est un succès.

"S’il cela est possible j’aimerais pouvoir remercier toute l’équipe de Nogent pour le travail qu’ils ont effectué et pour m’avoir soutenue dans mes projets professionnels et académiques aussi fous qu’ambitieux. Et merci à mes parents également qui ont su me responsabiliser et qui m’ont toujours encouragée à aller vers l’inconnu, ils m’ont pour sûr donné le goût de l’aventure. "

L’antenne de Nogent lui souhaite un excellent parcours professionnel.

De notre correspondante
Estelle Galland

Journal de la Haute-Marne du 26 novembre 2015

La cérémonie officielle de remise des diplômes d’ingénieurs, de master et de licence professionnelle de l’UTT qui s’est tenue à Troyes, samedi 21 novembre 2015.

Formation UTT Ingénieur "Matériaux et Mécanique"