11 avril 2018
Cinétech n°32 : « l’intelligence artificielle appliquée aux véhicules autonomes » le 11 avril 2018 Nogent (52)

Cinétech n°32 : « l’intelligence artificielle appliquée aux véhicules autonomes » :Retour ligne automatique
projection du film "Et si nos villes avaient des ailes ". Se déplacer aujourd’hui en ville tourne vite au cauchemar. Comment résoudre nos problèmes de transport ? Dans ce film, trois têtes chercheuses explorent des pistes originales pour l’avenir : un scientifique qui s’inspire de science-fiction, un urbanisme qui joue aux petites voitures et un artiste qui invente de nouvelles utopies. Et si nous les suivions dans un petit tour d’Europe pour découvrir ce qu’ils imaginent pour nous et nos villes dans le futur ?

 

Cinétech n°32 : « l’intelligence artificielle appliquée aux véhicules autonomes » le 11 avril 2018 Nogent (52)

, par christophe Juppin

Cinétech n°32 : « l’intelligence artificielle appliquée aux véhicules autonomes » :
projection du film "Et si nos villes avaient des ailes ". Se déplacer aujourd’hui en ville tourne vite au cauchemar. Comment résoudre nos problèmes de transport ? Dans ce film, trois têtes chercheuses explorent des pistes originales pour l’avenir : un scientifique qui s’inspire de science-fiction, un urbanisme qui joue aux petites voitures et un artiste qui invente de nouvelles utopies. Et si nous les suivions dans un petit tour d’Europe pour découvrir ce qu’ils imaginent pour nous et nos villes dans le futur ?

Tout au long du XXe siècle, marqué par de spectaculaires avancées dans les domaines de la communication, de la découverte spatiale ou encore de la médecine, l’an 2000 s’est imposé dans les esprits comme la date symbole de tous les fantasmes et de toutes les espérances technologiques. À l’aube du troisième millénaire, un secteur en particulier a connu une progression fulgurante : celui des transports. Plus rapides, plus accessibles, plus sûrs. Mais encore perfectibles dans un monde urbain en proie à la pollution et au manque d’espace. Qu’en est-il aujourd’hui ? L’utopie d’un moyen de locomotion plus sain et moins coûteux est-elle à portée ? Face à l’assombrissement du contexte écologique, peut-on encore mettre en œuvre les bonnes décisions ?

Ce documentaire, réalisé en 2010, rend compte d’une situation sensible, plus que jamais présente au cœur de nos préoccupations. Les grandes agglomérations doivent faire face à l’incessant défi du transport : engorgement des voies et pollution sont le lot quotidien des citadins. L’objectif ultime ? Une mobilité accrue, en toutes circonstances, pour une population en perpétuel accroissement. Or, les contraintes de la ville et ce besoin de mouvement permanent cohabitent mal. La voiture, lourde, énergivore, envahissante, est omniprésente.

Face à cette impasse environnementale et économique, il semble que la science ait un rôle essentiel à jouer, au carrefour de la recherche, de l’urbanisme et même de l’art. On prend conscience de la nécessité d’un autre type de mobilité, nécessairement souple et qui trouverait sa concrétisation dans le principe de l’automatisation. Sur le terrain, des visionnaires réfléchissent à de nouvelles solutions, des idées naissent qui dessinent les contours du véhicule de demain, individuel ou non. L’heure est-elle venue des « véhicules intelligents », que l’on pensait réservés aux univers de science-fiction ? Des projets ambitieux dépassent l’écueil de la chimère technologique pour fonder les bases, tangibles, du modèle de transport de l’avenir. Rail électrique, voitures autonomes...

Des essais de prototypes sont menés afin d’accéder à la pleine mobilité en réduisant la pollution sonore. La prise de conscience est aussi politique : des « villes de demain », pionnières en matière de développement durable dans certains quartiers, existent déjà, en Allemagne par exemple. L’espace public y est progressivement « décolonisé » par les véhicules, pour privilégier les déplacements en vélo ou en tramway au profit d’une « mobilité douce », petite révolution urbaine qui démontre que d’autres modes de fonctionnement existent.

À rebours du pessimisme ambiant, des perspectives novatrices se détachent. Pour vivre mieux, sans voiture, ou en tout cas pas celle que nous connaissons et surinvestissons. Un autre futur serait envisageable, à la reconquête de notre espace, pour peu que l’on s’en donne les moyens. Peut-être n’a t-il jamais été aussi proche...