Le regard amoureux d’Eric Girardot sur la cité fortifiée de Langres. La belle apprivoisée.

, par christophe Juppin

Depuis 1982, année au cours de laquelle il décide d’en faire son métier, Eric Girardot est le photographe sans frontières de la Haute-Marne. Un territoire qu’il arpente inlassablement, sans idées préconçues, en guetteur d’ombres et de lumière et en quêteur de sens. Il est sorti des sentiers battus pour dresser un portrait sincère de la cité fortifiée de Langres. Le photographe Eric Girardot aime s’y perdre depuis des années. Il nous livre un regard amoureux sur la ville de Langres, ses habitants, son atmosphère, rehaussé par des textes de Céline Clément.

Eric Girardot a un appétit sans fin pour l’autre. Cette empathie fait de lui un personnage à part qui lui permet de déceler dans chacun de nous la plus infime part de beauté. Ses portraits d’ouvriers en sont la plus belle illustration. Aussi quand il se lance, il y a deux ans, dans un travail sur Langres avec dans l’idée de créer un livre sur la ville, il ne voit pas, dans son objectif , des pierres qui constituent une cité historique.

En figeant ce que son oeuil a perçu, c’est l’humanité qui est mise en exergue. Aussi, son livre de photos sur Langres, plus de 220, est ponctué de ce qu’il nomme avec pudeur : des silhouettes. Ces personnes viennent rappeler que Langres est certes minérale et historique, mais qu’elle est surtout animée par la vie de ces habitants, de ces visiteurs.

Langres « est une ville qui s’impose à toi. Il faut faire preuve d’humilité face à ses monuments. On en ressent tout le poids de l’histoire. C’est une ville que l’on aborde avec respect », déclare Eric Girardot. Celui qui a été également photographe de presse, sait ô combien, la présence humaine sur un cliché peut mettre en perspective le sujet photographié. La photo qui illustre la couverture est d’ailleurs représentative des sentiments que le photographe a voulu nous faire partager.

La lumière chez Eric Girardot est également une composante essentielle. « Combien d’allers-retours depuis Chaumont en pensant avoir une lumière et être déçu en arrivant sur place », se rappelle le photographe. En étalat son travail sur deux années, Eric Girardot a capté des moments éphémères et magiques à la fois.

Pour saisir la ville comme il l’a fait, il a fallu arpenter, et c’est bien le terme, les rues, ruelles et autres passages intimes de la vieille ville. Et cela donne des clichés que seul un oeuil exercé a su capter comme celui de la verrière de l’hôpital où l’on voit par transparence le lac de La Liez comme une mer à perte d’horizon. C’est bluffant.

Pour nous accompagner dans cette visite sentimentale d’Eric Girardot, la plume précise de notre consoeur Céline Clément est un guide de luxe. Car bien plus qu’un livre de photos sur une ville, il s’agit bien d’un voyage amoureux dans la cité de Diderot.

Ph.L.

A noter que ce livre a été imprimé à Langres, aux imprimeries de Champagne.


Publié par Philippe Lagler le 11 décembre 2017 dans Le Journal de la Haute-Marne

Pour en savoir plus :

- Gutenberg en version créateur de start-up