la filière du Médical en Haute-Marne des entreprises à la pointe dans le secteur de la prothèse chirurgicale.

, par christophe

Le secteur du médical en Haute-Marne offre aujourd’hui plus de deux mille emplois, répartis de manière à peu près équivalente entre Nogent et Chaumont, avec des salaires plutôt élevés. Avec plus de 35% de la production mondiale d’implants orthopédiques et d’instrumentations Médicales, la région du sud de la Champagne, et sa grappe européenne « Prosthesis Valley » du cluster Nogentech est un acteur clé du marché du Médical en Europe

« Prosthesis Valley » comprend des sociétés spécialisées dans les dispositifs médicaux (prothèses, accessoires, instruments de chirurgie et métiers connexes).
Les sociétés leaders sur le marché des dispositifs médicaux, spécialisées dans la fabrication et / ou la sous-traitance des dispositifs médicaux (MD) implantables et non implantables sont établies en Sud Champagne.

« Prosthesis Valley » ou « Prosthesis and Médical Device » représente 28 entreprises avec plus de 2 000 salariés.
- 1 laboratoire de recherche LRC CEA UTT
- 1 université école d’ingénieurs UTT
- 1 centre de ressources technologique CRITT MDTS

« Prosthesis Valley » a été distingué parmi les écosystèmes les plus favorables aux start’ups. Le 25 juillet 2016 à Laval, le cluster Nogentech, et son département « Prosthesis Valley », a intégré le réseau thématique de la santé : « Health Tech » de la « French Tech »

Les leaders des dispositifs médicaux sont établis en Sud Champagne comme :

INTEGER, 400 salariés.
Fabrication implants orthopédiques, prothèses de hanches, épaules, rachis et ancillaires de pose.
MARLE, 200 salariés.
Leader européen d’implants orthopédiques forgés, prothèses de hanches, d’épaules, de genoux, de rachis, cupules, plaques tibiales. Instruments ancillaires : râpes à os, porte cotyle.
B.BRAUN Aesculap, 125 salariés.
Développement et production de prothèses de genoux et instrumentation de pose, Centre d’excellence mondial du Groupe BBraun.
■ OURY-GUYE, 44 salariés.
Ancillaires de pose et instruments de chirurgie.
■ MAIRE DIDIER, 40 salariés.
Instrumentation chirurgicale et ancillaires.
■ C2F IMPLANTS, 28 salariés.
Implants orthopédiques, prothèses de hanches, genoux, et ancillaires de pose.
WRIGHT MEDICAL Biotech Ortho, 19 salariés.
Leader français des vis et plaques orthopédiques, prothèses pour les extrémités : pieds, mains, chevilles, poignets et ancillaires de pose, mobilier d’hôpital, radioprotection, réparation et maintenance pour les instruments pour les hôpitaux.
... implantés sur le bassin d’activités de Chaumont / Nogent et trouvent sur ce territoire les moyens nécessaires à leur développement.

Le secteur du médical en Haute-Marne offre aujourd’hui plus de deux mille emplois, répartis de manière à peu près équivalente entre Nogent et Chaumont, avec des salaires plutôt élevés. Et ces firmes embauchent. Integer (Greatbatch) est passé de 240 à 400 salariés en quelques années, Marle de 125 à 200 en dix ans. C2F Implants, qui n’a que 12 ans, en compte une trentaine. Quant aux spécialistes de la finition des produits comme HMP, leurs besoins en main–d’œuvre sont considérables. Cette dynamique se traduit par un niveau de chômage contenu : 6,6 % au second semestre 2017 dans la zone d’emploi Chaumont / Langres, contre 10,7 % à Saint-Dizier / Vitry-le-François . Il faut donc rechercher ce qui a fait la réussite de cette reconversion et plusieurs éléments décisifs peuvent alors être mis en avant.

Le premier renvoie à ces entrepreneurs qui ont eu très tôt l’intuition d’un marché qui s’ouvrait. Renée Landanger, Bernard Marle...Ils innovent sur le plan industriel (capacité à répondre à des problèmes techniques, à forger le titane, à créer des outils complexes…) comme sur le plan commercial (cas des Landanger vis-à-vis des chirurgiens). On retrouve là le processus classique de montée en gamme qui permet de contourner la concurrence des pays à bas coûts. Ces entrepreneurs ont aussi joué le rôle de leader en entraînant d’autres sociétés dans leur sillage (Biotech Ortho ou Oury-Guyé pour l’instrumentation médicale…). En 2003, lorsque Claude Rauscher est nommé patron d’Aesculap à Chaumont, c’était plutôt pour fermer le site qui était vieillissant. Mais l’Alsacien comprend le potentiel technologique et humain de l’entreprise et parvient à convaincre en haut lieu du savoir-faire local. Les Allemands, propriétaires de l’entreprise depuis dix ans, le suivent. Ils injectent 10 millions. La production est totalement réorganisée. Pour franchir le cap de l’innovation, le gros des efforts portera sur les technologies et la formation des employés (2000 heures par an). 50 000 prothèses du genou sont produites annuellement chez Aesculap à Chaumont, quasiment toutes destinées à l’export. Un nombre qui devrait être doublé d’ici 2020. Aesculap investit désormais quelque 2.000.000 d’euros chaque année pour se moderniser. L’entreprise emploie 125 personnes et elle espère dans les prochaines années largement gonfler ses effectifs. Ces entrepreneurs sont liés par des réseaux d’amitié, trouvent de l’intérêt à se rencontrer et entretiennent, à l’occasion, des liens familiaux. Ces évolutions sont réalisées en étroite connexion avec le marché, au plus près de la demande des médecins et des chirurgiens.

Le second élément concerne le savoir-faire associé au travail des métaux et renvoie à la coutellerie comme à la forge. De la coutellerie, on a utilisé les savoir-faire associés au trempage et aux objets tranchants que l’on retrouve dans les scalpels et les ciseaux de chirurgie. De la forge, on a repris la capacité à innover dans le domaine traditionnel des pièces diverses, celles qui ne concernent pas la coutellerie. Le mouvement a peu à peu engagé certains de ces forgerons vers les prothèses d’articulations, comme Bernard Marle qui fait évoluer une petite entreprise de cisaillerie de 11 personnes il y a 35 ans à un leader mondial de la fabrication de prothèses de hanche.

La dynamique collective apparait aussi comme une force. Autant les couteliers étaient en concurrence (La production de couteaux, à Langres depuis 400 ans, s’est délocalisé à Nogent du fait de rivalités internes), autant ces « nouveaux » entrepreneurs se rencontrent, échangent en passant au-delà des configurations classiques de la concurrence. Cette dynamique d’ensemble a permis l’émergence du cluster Nogentech. Or, qui dit cluster dit échanges, réunions, partage d’expériences, montage de projets...L’écosystème a été distingué parmi les écosystèmes les plus favorables aux start’ups. Le 25 juillet 2016 à Laval, le cluster Nogentech, et son département « Prosthesis Valley », a intégré le réseau thématique de la santé : « Health Tech » de la « French Tech ». Il étend ses partenariats sur toute la région Grand Est jusqu’en Alsace avec le pôle de compétitivité « Alsace BioValley ».

Reste, au moins au départ, un environnement général porteur : les Trente Glorieuses, des marchés en croissance, l’ouverture de l’économie, la réceptivité des élus locaux aussi qui réalisent, dès le milieu des années 1970, la vaste zone industrielle de Nogent. Au final, c’est une intégration réussie dans la mondialisation pour ces industriels. Marle exporte 47 % de sa production, Greatbatch et Aesculap ignorent quasiment le marché français ! L’ouverture des frontières a donc fatale pour la coutellerie traditionnelle mais positive pour ces entreprises et la région, le système productif ayant su proposer des produits à bonne valeur ajoutée recherchés par le marché.

A l’inverse, notons que cette dynamique s’est mise en place dans un environnement géographique peu favorable  : un département sans image, sans grande ville, un territoire assez froid dans l’inconscient collectif, éloigné des grandes métropoles… En fait, l’esprit d’initiative de quelques entrepreneurs, le savoir-faire des forgerons locaux … et une autoroute à 20 km ont suffi à contrecarrer la faiblesse des aménités locales.

Il ne faut pas regarder la densité de la population mais plutôt la densité industrielle qui est remarquable. Sur ce territoire ancien, mais neuf par sa capacité à évoluer et à innover, l’entrepreneuriat et l’initiative individuelle s’y développe avec succés.


PDF - 984.3 ko
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

Pour en savoir plus :

- Aesculap : Die gute croissance
- En Haute-Marne, Greatbatch Medical investit et embauche à tour de bras en 2013 et 2014
- Greatbatch, Inc. renommé Integer Holdings Corporation le 1er juillet 2016
- Haute-Marne : Biotech Ortho fait des pieds et des mains pour se développer
- la filière du Médical en Haute-Marne
- De la tradition artisanale coutelière aux implants chirurgicaux et au Cluster Nogentech
- Le cluster Nogentech
- Téléchargez le cahier spécial Prosthesis
- Le médical, un marché porteur pour les PME
- Nogentech : un écosystème qui fait rimer metallurgie et orthopédie
- Le cluster Nogentech
- Le contexte économique Grand Est est favorable au deuxième trimestre 2017