La Haute-Marne, partenariat gagnant avec l’Allemagne le 30 septembre 2017.

, par christophe

Les relations entre les entreprises de Haute-Marne avec l’Allemagne existent depuis fort longtemps. Neuf entreprises en Haute-Marne sont à capitaux allemands et emploient près de 900 personnes.

Quelle est la particularité du Grand-Est par rapport aux autres régions françaises ? Ses 760 kilomètres de frontières ! C’est la région de France qui en compte le plus.

La métallurgie est fortement ancrée sur le territoire de Haute-Marne, et depuis fort longtemps. Nogent a d’abord été « reine de la coutellerie » à son apogée, fin 19e début 20e.

Sous l’impulsion de quelques entrepreneurs audacieux et visionnaires, ce territoire va connaître une véritable révolution. Ces chefs d’entreprises issus des secteurs traditionnels du bassin vont s’orienter vers des créneaux beaucoup plus porteurs et beaucoup plus innovants en s’appuyant sur l’excellence des savoir-faire associés à la coutellerie – et plus largement aux objets tranchants – et à la forge : le médical et l’automobile surtout, mais aussi l’aéronautique. Aujourd’hui ils sont leaders dans leur domaine, au niveau européen pour certains, mondial pour d’autres.

Les relations avec l’Allemagne existent depuis fort longtemps puisque neuf entreprises de Haute-Marne sont à capitaux allemands : Freudenberg à Langres, Société des Forges de Froncles du groupe ABC à Froncles (150 salariés), Aesculap du groupe BBraun (125 salariés), etc. D’autres entreprises ont des clients Allemands en majorité, comme Forges de Courcelles du groupe SIFCOR (455 salariés).

Les neuf entreprises allemandes en Haute-Marne représentent près de 900 personnes :
-  Aesculap : 117 salariés, date de début d’activité : 01/09/1978
-  Freudenberg joints élastomères SAS : 101 salariés, date de début d’activité : 01/01/1990
-  Freudenberg sealing tech : 392 salariés
-  Franz Kaminski Waggonbau : 24 salariés, date de début d’activité : 01/05/1995
-  Horsch France : 29 salariés, date de début d’activité : 01/01/1998
-  Société des forges de Froncles : 150 salariés, date de début d’activité : 01/12/1999
-  Storopack packaging Systems France : 31 salariés, date de début d’activité : 01/05/2001
-  Ferroflex : 11 salariés, date de début d’activité : 01/07/2010
-  EIC : 10 salariés, date de début d’activité : 01/12/2010

En 2016, l’Allemagne est le principal pays clients des entreprises de Haute-Marne :
Allemagne 26,1 % (1er)
Principaux pays fournisseurs
Allemagne 17,0 % (2ème)
Rappelons que la Haute-Marne est excédentaire : taux de couverture 102.7% en 2016 (solde 25 M€) et 106% en 2015 (solde 53 M€)
Sources : chiffres clés : haute-marne-eco.fr/Publications-et-etudes/Chiffres-cles

La Haute-Marne est un territoire d’accueil avec une accessibilité très développée : c’est le 2e département le moins cher de France en matière d’immobilier, le haut débit partout et une situation géographique idéale à 2h10 de Paris et au carrefour de l’Europe.

Dans ce contexte, les entreprises ont souhaité en 2007 que l’UTT implante une antenne et y abrite deux formations : des ingénieurs et une licence professionnelle dans le domaine des matériaux, mécanique et conception. C’est la demande des entreprises et la forte densité industrielle (dans les domaines automobile, aéronautique et Médical) qui a permis le succès de cette formation en Haute-Marne. Ces deux formations sont dispensées en alternance, grâce à l’engagement des entreprises régionales et nationales.

40% des alternants entrés en septembre 2017, originaires de l’ensemble du territoire national, sont formés par des entreprises de la région Grand Est, dont 30% en Haute-Marne.

Cette antenne de l’UTT compte également le laboratoire NICCI (Nogent international center for CVD Innovation) reconnu « Laboratoire de recherche correspondant » du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives sur la thématique de l’ingénierie des surfaces, fruit du partenariat UTT-CEA.

L’implantation d’une antenne de l’UTT à Nogent répondait à un double objectif : répondre à une forte demande de cadres de l’industrie dans les domaines de la mécanique et des matériaux et répondre au souhait de rapprochement entre ces entreprises et la recherche technologique menée dans l’établissement.

Aujourd’hui, la demande des entreprises allemandes est forte pour bénéficier d’élèves ingénieurs et d’ingénieurs bilingues franco-allemand. Demande identique pour les entreprises qui ont des entreprises allemandes comme clients.

En 2016, une formation en Allemand a déjà commencé pour les élèves étudiants qui maîtrisent déjà le niveau d’Anglais exigé pour être diplômé. 8 étudiants suivent cette option allemande sur 26 élèves en 2ème année. (18 sur deux ans 2016-2017)

L’antenne de Nogent de l’UTT a diplômé 105 étudiants sur ses quatre premières promotions 2014 à 2017.

De nombreuses entreprises sont partenaires de l’antenne de Nogent et accueillent les étudiants en alternance : AddUp, Ateliers de Janves, ArcelorMittal, Artifil, Behr France Rouffach SAS, CEA Grenoble, CEA Saclay, Constellium, DCNS, Aesculap, Deguy-Conge, Freudenberg, Wright Médical, Forges de Froncles,, EDF, Ets Larbaletier, Faurecia Automotive Exterieur, Eurocopter, Forges de Courcelles, Forgex, GHH – Valdunes, Gillet Group, Herakles, Le Bronze Industriel, Maire-Didier, Marle, MS Production, Petitjean AL Babtain, PlasticOmnium, Révima, Schligler SAS, Setforge, Simu, Sogefi, STMicroelectronics.
30% des étudiants ont un contact avec l’Allemagne.

Nous souhaitons passer de 30 étudiants par promotion à 50 à l’horizon 2018. La présence des apprentis dynamise les relations école-entreprises. Cela impacte sur la recherche et les autres programmes.

Ainsi, le nombre de places financées au titre de l’apprentissage pour les élèves-ingénieurs mécanique et matériaux pourrait doubler. À terme, l’antenne de Nogent formerait ainsi quelque 170 alternants : 150 apprenti-ingénieurs et 20 licences professionnelles. 8 doctorants

Ces apprenti-ingénieurs entament un cycle de 3 ans dont les deux premières années se déroulent à Nogent, les enseignements de la dernière année étant dispensés à Troyes ou à l’étranger pour environ 40 % d’entre eux. Ce stage hors de nos frontières obligatoire doit être effectué entre janvier et mars de la deuxième année.

PNG - 215.6 ko

La ministre-président de la Sarre, Mme Annegret Kramp-Karrenbauer

est venue à Nogent le 18 février 2016 pour rencontrer les entreprises, les alternants de l’antenne de l’UTT de Nogent et visiter le pôle technologique. Cette visite marque "la volonté d’une coopération transfrontalière aux plans démographique, social et économique entre la Haute-Marne et La Sarre". L’un des objectifs principaux est de développer le bilinguisme de la nouvelle génération afin de faciliter les relations professionnelles entre les deux territoires. La formation bilingue anglais-allemand pour une partie des étudiants de première année à Nogent a débuté en octobre 2016. Voyez : Découvrir la Stratégie France de la Sarre

L’expérience des premières promotions montre combien cette expérience internationale joue favorablement sur l’évolution des élèves-ingénieurs. En effet, ils doivent souvent trouver ce stage en toute autonomie et gérer notamment les aspects budgétaires et organisationnels Ceux qui partent dans un pays de la communauté européenne bénéficient d’une bourse Erasmus, les autres reçoivent une bourse équivalente de l’UTT. Plusieurs étudiants effectuent leur stage en Allemagne, comme Luc Dinville, de la Société des Forges de Froncles.

Certains de nos diplômés restent sur le bassin ou dans la région. Le sud Haute-Marne est un territoire qui connaît peu de chômage. Il y a peu villes de la taille de Nogent présentant une telle densité industrielle, avec des entreprises de rang international, accueillant une antenne universitaire et des laboratoires de recherche. Nos entreprises ont besoin d’une main d’œuvre qualifiée et dynamique pour continuer à croître et à gagner des marchés.

Lors de la visite, en février 2016, de Annegret Kramp-Karrenbauer, Ministre-Présidente du Land de Sarre, de nombreuses possibilités concrètes de coopération entre l’antenne nogentaise de l’UTT et la Sarre ont été évoquées, ce qui conduit l’UTT à 4.-envisager la création d’un double diplôme franco-allemand, ou à défaut une double diplomation, à échéance quatre ou cinq ans pour 10% des étudiants.