#Healthtech

Medtech, biotech, e-santé : un potentiel français à 40 milliards d’euros Les tendances des "Biotech" : une étude prospective sur la "French Health Tech"

, par christophe

France Biotech a présenté le 15 novembre 2017 une étude commandée à Boston Consulting Group, portant sur l’écosystème des biotechnologies françaises. Quelles sont les forces et les faiblesses des start-up tricolores ? La France doit-elle s’inspirer de l’écosystème de Boston dans le domaine de la santé ? Cette étude prospective imagine le poids de la health tech en 2030. Medtech, biotech, e-santé… La santé occupe une place importante dans l’innovation mais les start-up françaises du secteur font face à des obstacles importants. L’association veut les surmonter pour faire de la France un leader mondial.

L’association France Biotech a publié le mardi 14 novembre 2017 une étude prospective intitulée “La French Health Tech : faire de la France un leader mondial de la santé”. Réalisé par le cabinet de conseil Boston Consulting Group, ce rapport émet des propositions pour dynamiser l’innovation dans le secteur de la santé.

"Nous sommes persuadés que la health tech est primordiale. Elle rassemble toutes les technologies innovantes et les sciences de la vie qui vont révolutionner aussi bien la médecine que la façon de soigner les patients", souligne Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech, à l’Usine Digitale.

Un secteur qui pourrait peser 40 milliards d’euros en 2030

Selon les projections de France Biotech, l’évolution du secteur en 2030 pourrait générer 130 000 emplois en France et apporter des solutions à 250 millions de patients dans le monde, dont 11 millions en France. "Ce secteur pèserait alors plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires", note France Biotech, qui s’appuie pour ces chiffres sur les 20 start-up qui dominent le marché : Genfit, Carmat, Valneva...

Le rapport détaille également 15 propositions pour faire de la France "un leader mondial de la health tech". Des suggestions en matière de financement, d’expertise, de collaboration public/privé et de réglementations dans le domaine sanitaire.

L’écosystème français a des avantages…

Avec plus de 600 entreprises, l’écosystème français de la health tech a du potentiel : "Thérapies innovantes, médecine personnalisée, amélioration de la qualité de vie et optimisation du pilotage du système de santé…" En 2016, les start-up du secteur santé représentaient un tiers des jeunes pousses utilisant des technologies de rupture (nanotechnologies, intelligence artificielle, big data). Une part bien plus importante que pour la finance ou le secteur B2C.

L’étude met aussi en valeur les dispositifs de financement public tel que Bpifrance ou le crédit d’impôt recherche. Ils "font de la France le deuxième pays au monde, derrière le Canada où les dépenses privées de R&D des entreprises sont les plus soutenues par des financements publics/incitations fiscales."

Mais la Health Tech affronte un problème de financement

"Les start-up se financent facilement jusqu’à 3 millions d’euros mais dès qu’elles font les premières preuves de concept et qu’elle veulent passer à l’essai clinique, où elles doivent lever 50 voire 100 millions pour aller jusqu’au bout, il n’y a pas cet écosystème en France. Or c’est cela qui permet de mettre des produits sur le marché", observe Maryvonne Hiance. Elle note aussi le manque de sociétés capital-risque spécialisées en santé qui sont moins de 5 en France.

Les start-up de la health tech font aussi face à des besoins accrus en expertise et en technologie. "Le transfert de technologie entre organismes de recherche publics et entreprises reste encore difficile, compte tenu des délais de traitement et des conditions peu adaptées aux start-ups", note France Biotech. Des obstacles qui amènent une grande majorité de jeunes pousses françaises à réaliser leurs essais cliniques à l’étranger...

Publié le 15 novembre 2017 par Simon Chodorge dans www.usine-digitale.fr

Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech, était l’invitée d’Intégrale Bourse. Elle est revenue sur une étude commandée par France Biotech et réalisée par le Boston Consulting Group, portant sur l’écosystème des biotechnologies françaises. Les tendances des "Biotech" : une étude prospective sur la "French Health Tech" - 16/11/2017


Pour en savoir plus :

- Maryvonne Hiance est Présidente de France Biotech depuis le 29 juin 2016
- Medtech, biotech, e-santé : un potentiel français à 40 milliards d’euros

  #Healthtech

01 juin 2017 à Metz , Le cluster Nogentech a rencontré le Pôle de compétitivité Alsace BioValley

, par christophe

David BIGUET, président du cluster Nogentech, a rencontré à Metz jeudi 01 juin 2017 Marco PINTORE, Directeur Général du Pôle de compétitivité Alsace BioValley et Guillaume FACCHI, Directeur des Opérations du Pôle Alsace BioValley et Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech.


Le conseil d’administration du Pôle Alsace BioValley a nommé mardi 15 mai 2017 son nouveau Directeur Général. Fort d’un riche parcours de plus de 15 ans dans l’industrie et la recherche en santé, Marco PINTORE, 48 ans, a pris ses fonctions dans un contexte d’intenses évolutions pour Alsace BioValley : évolution de périmètre territorial, évolution de modèle économique, évolution de métiers et missions.

C’est dans ce contexte qu’il a rencontré dés le 01 juin 2017 David Biguet , président du Cluster Nogentech , dans les locaux de la Région Grand Est, à Metz.

Marco PINTORE déclare : " Alsace BioValley dispose aujourd’hui d’une équipe expérimentée et motivée pour favoriser l’émergence de projets innovants et améliorer l’éventail de services proposés aux acteurs de la filière. Cela passe par une plus grande proximité et un approfondissement des réseaux. "

JPEG - 469.2 ko
David BIGUET, président du cluster Nogentech, Marco PINTORE, Directeur Général du Pôle de compétitivité Alsace BioValley et Guillaume FACCHI, Directeur des Opérations du Pôle Alsace BioValley et Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech.

A propos d’Alsace BioValley

Pôle de compétitivité français, Alsace BioValley accélère la croissance et l’innovation des acteurs industriels et académiques de la filière Santé implantés dans le Grand Est. Le Pôle offre à ses membres une panoplie de services et d’opportunités dédiés au développement de leur business et innovations, tels que : montage de projets de R&D en France, en Europe et à l’International (Allemagne, Suisse, Québec, Wallonie-Belgique), coaching à la levée de fonds, événements business-networking, promotion et visibilité, développement international. Pour réussir, Alsace BioValley s’appuie sur un réseau dynamique d’entreprises françaises, allemandes et suisses, une recherche académique régionale de tout premier ordre et un réseau intégré de partenaires, acteurs-clés de l’innovation. Le Pôle Alsace BioValley contribue par ailleurs activement à Nextmed, un projet de Campus des Technologies Médicales qui vise à créer à Strasbourg, en un seul lieu, tout un écosystème d’excellence dédié au développement des technologies de santé de demain.
www.alsace-biovalley.com https://twitter.com/alsacebiovalleyhttps://www.linkedin.com/company/alsace-biovalley

contact :
550, bld Gonthier d’Andernach
67400 Illkirch, France
+33 (0)3 90 40 30 00
testez@alsace-biovalley.com

  #Healthtech

Macron - économie - Election du 07 mai 2017

, par christophe

Le Journal de la Haute-Marne a trouvé un rapport entre le Président de la République et l’économie Haute-Marnarnaise : Nogentech. Le cluster était présent à Laval, l’été dernier, lorsqu’Emmanuel Macron u a lancé les neuf réseaux thématiques French Tech.

Au terme d’une campagne inédite, Emmanuel Macron a été élu président de la République le dimanche 07 mai 2017. Emmanuel Macron est devenu, à 39 ans, le huitième président de la Ve République française.

Le Journal de la Haute-Marne a trouvé un rapport entre le Président de la République et l’économie Haute-Marnarnaise : Nogentech. Le cluster était présent à Laval, l’été dernier, lorsqu’Emmanuel Macron u a lancé les neuf réseaux thématiques French Tech. On le voit ici avec, à sa gauche, Christophe Juppin de la CCI-52.

JPEG - 30.6 ko

JHM du mardi 16 mai 2017 Dominique Piot




GIF - 90 ko
A.TINGRY (Fabrick du Sport), Emmanuel MACRON, Christophe JUPPIN, Arline DESRUMAUX (DIRECCTE) le 26 juillet 2016 à Laval.(Photo Pierre CASERT)
  #Healthtech

Nomination du Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech : Guillaume FACCHI

, par christophe

Le mercredi ‎23 ‎novembre ‎2016 s’est tenue à Paris-Bercy la première réunion du réseau national thématique #HealthTech de la French Tech, en présence des acteurs-clés de la French Tech (DGE, Bpifrance, Business France, membres du réseau French Tech #HealthTech). Cette première rencontre a permis d’élire Guillaume FACCHI, Directeur des Opérations du Pôle Alsace BioValley, aux fonctions de Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech.

Cette première réunion du réseau national thématique #HealthTech de la French Tech était présidée par David MONTEAU, Directeur de la Mission French Tech, assisté de Jean-Romain MICOL Responsable des Métropoles French Tech, des Réseaux Thématiques et du Pass French Tech– Mission French Tech.

Cette première rencontre fut aussi l’occasion d’entamer les premières discussions pour préfigurer la feuille de route stratégique qui permettra de fédérer les 24 écosystèmes #HealthTech nationaux.

En octobre 2015, l’Etat lançait un appel à candidature national pour identifier le futur Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech, afin de structurer et d’animer les 24 membres du réseau thématique #HealthTech (voir carte ci-contre).

Ce réseau rassemble des écosystèmes de startups dynamiques dans les secteurs suivants :

- Silver Economie
- E-Santé
- Medtech
- Biotech

4 candidats ont choisi de se présenter, dont Guillaume FACCHI, Directeur des Opérations d’Alsace BioValley.

Ce dernier a été élu par les membres du réseau #HealthTech, pour un mandat de 2 ans.

Guillaume FACCHI précise les atouts de sa candidature : « Grâce à mes activités au sein du Pôle Alsace BioValley, j’appréhende quotidiennement les problématiques des startups dans les domaines de la thématique #HealthTech. Mon activité étant au coeur de l’animation des réseaux, il était naturel de mettre cette compétence au service d’un réseau national qui fourmille de pépites innovantes. »

La mission du Secrétaire National French Tech #HealthTech portera sur la coordination d’actions visant à fédérer, accélérer et faire rayonner les Startups #HealthTech françaises en menant des actions collectives, tout en respectant les spécificités de chaque secteur de la #HealthTech.

Les premiers chantiers concerneront la mise en place d’une gouvernance représentative de chaque secteur et la définition d’une feuille de route avec l’ensemble des écosystèmes de la thématique #HealthTech. Ces orientations stratégiques devront permettre aux Startups des écosystèmes concernés d’accroître leur compétitivité et de faciliter leur accès au marché mondial.
Source : Communiqué Alsace BioValley

EN SAVOIR PLUS

A propos d’Alsace BioValley
Pôle de compétitivité français, Alsace BioValley accélère la croissance industrielle des entreprises alsaciennes de la Santé. Piloté par des industriels, Alsace BioValley offre aux entreprises de la Santé une panoplie de services et d’opportunités dédiés au développement de leur business et de leurs innovations, tels que : montage de projets de RetD en France, en Europe et à l’International (Allemagne, Suisse, Québec, Japon, Wallonie-Belgique), coaching à la levée de fonds, participation à des événements business-networking. Pour réussir, Alsace BioValley s’appuie sur un réseau dynamique d’entreprises françaises, allemandes et suisses, une recherche académique alsacienne de tout premier ordre et un réseau intégré de partenaires, acteurs-clés de l’innovation.

Le Pôle Alsace BioValley contribue par ailleurs activement à Nextmed, un projet de Campus des Technologies Médicales qui vise à créer à Strasbourg, en un seul lieu, tout un écosystème d’excellence dédié au développement des technologies de santé de demain.

www.alsace-biovalley.com - https://twitter.com/alsacebiovalley https://www.linkedin.com/company/alsace-biovalley

A propos de la French Tech
La French Tech est une initiative publique innovante au service de l’écosystème des start’ups. Portée par le Ministère de l’Economie, l’initiative French Tech impulse une dynamique collective avec l’objectif de placer la France parmi les grandes Start’ups Nations.
Concrètement, l’Initiative French Tech, ce sont trois actions :
- Fédérer un collectif partout en France derrière une marque rassembleuse.
- Accélérer la croissance des startups en renforçant la dynamique des structures d’accélération privées et l’investissement en capital-risque.
- Rayonner : promouvoir la France et la French Tech à l’international
www.lafrenchtech.com

A propos de la French Tech Alsace
La French Tech Alsace est une initiative collective des acteurs économiques alsaciens, dont l’ambition est de figurer parmi les leaders au niveau national et international en matière de création et de croissance des startups.
La stratégie s’appuie sur trois orientations :
- la fertilisation croisée entre numérique et secteurs d’excellence alsaciens, en priorité les MedTech et l’industrie 4.0 ;
- un positionnement au coeur des marchés européens les plus dynamiques et la dimension transfrontalière de son écosystème ;
- la formation et l’accompagnement des startupers.

La French Tech Alsace doit permettre à horizon 10 ans la création de 500 startups et l’émergence de 5 champions de dimension mondiale. La French Tech Alsace est intégrée aux réseaux thématiques HealthTech et IoT Manufacturing.
www.lafrenchtech-alsace.eu

Nomination du Secrétaire National du réseau French Tech #HealthTech sur
Posted by : RICO richard

Copyright © 2016, NovoEco
Distributed By Free Blogger Templates

CCI Mag - Edition Haute-Marne - 1er trimestre 2016 - N°6 page 17

Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

ALSACE BIOVALLEY : le cluster Santé dans DNA Dernières nouvelles d’alsace du 03/02/2017

ALSACE BIOVALLEY : le cluster Santé

L’un des fleurons des Pôles de compétitivité en France, est alsacien : Alsace BioValley accélère l’innovation et la croissance industrielle des entreprises régionales de la Santé.

ALSACE BIOVALLEY : le cluster Santé

L’un des fleurons des Pôles de compétitivité en France, est alsacien : Alsace BioValley accélère l’innovation et la croissance industrielle des entreprises régionales de la Santé.

« Depuis 2005, nous soutenons le développement des industriels alsaciens de la Santé, avec 75 entreprises créées ou implantées, 508 projets de R&D labellisés, et près de 4000 emplois directs et indirects créés ». Guillaume Facchi, Directeur des Opérations d’Alsace BioValley, résume ainsi le rôle d’accélérateur de croissance de ce pôle de compétitivité, spécialisé dans les technologies médicales et les médicaments.

Une performance reconnue

Classé « Performant » au niveau national, ce cluster a été labellisé « Gold » en 2016 par l’Union européenne : une belle reconnaissance de la qualité de son action. Alsace BioValley propose ainsi aux acteurs de la santé toute une panoplie de services, comme le montage de projets collaboratifs de R&D en France ou à l’étranger, le coaching à la levée de fonds, et la participation à des événements business-networking.

Un écosystème de qualité

Pour Guillaume Facchi, la réussite « repose sur la force de la recherche académique en Alsace, sur la qualité de notre réseau d’entreprises françaises, allemandes et suisses, et sur nos partenaires, acteurs-clés de l’innovation ». Le cluster travaille ainsi étroitement avec la Caisse d’Epargne d’Alsace, notamment sur la filière des technologies médicales et sur le projet Nextmed : ce Campus inédit rassemblera dès cette année à Strasbourg, en un seul lieu, tout un écosystème d’excellence dédié au développement des technologies de santé de demain. La banque apporte aussi son expertise dans l’accompagnement des entreprises à la levée de fonds, dans un secteur nécessitant d’importants fonds propres et une grande prise de risques des investisseurs. Elle a enfin également participé activement au BioValley Day, dans le cadre de BioFIT, l’une des plus grandes conventions d’affaires européennes pour le transfert de technologies dans la santé, coorganisée par Alsace BioValley.

Une usine-école en 2017

Un autre grand projet mobilise le cluster et ses partenaires depuis plusieurs années : l’usine-école EASE. Ce centre de formation unique en Europe, dédié aux métiers de la production en salles blanches, ouvrira ses portes dans quelques mois, au coeur du campus d’Illkirch.

Plus d’information sur http://www.alsace-biovalley.com

ALSACE BIOVALLEY : le cluster Santé dans DNA Dernières nouvelles d’alsace du 03/02/2017

Pour en savoir plus :

- Nomination du Secrétaire National du réseau #HealthTech : Guillaume FACCHI le 23 ‎novembre ‎2016 à Paris-Bercy
- La French Tech Alsace a accueilli Guillaume Hert, son coordinateur, le 15 mars 2017 !
- Elisabeth Lecq rejoint la French Tech Alsace le 03 avril 2017
- Anastasia Grabarz, nouvelle co-référente #HealthTech de la French Tech Alsace
- Guillaume Facchi, Monsieur #Healthtech

  #Healthtech

La French Tech, le réseau qui donne des ailes aux startups françaises

, par christophe

Le réseau national French Tech est donc décliné en neuf réseaux thématiques :
Le réseau #HealthTech est le plus important d’entre eux. Il se décline lui même en : #BioTech #MedTech #e-santé. Le cluster Nogentech, spécialisé dans les dispositifs médicaux, a intégré la #MedTech.

Créé fin 2013 à la suite de l’explosion de la représentation des startups françaises au CES de Las Vegas - essentiellement des objets connectés à l’époque - ce label résonnait pour beaucoup comme un gentil coup de comm’ du gouvernement, une opération dont certains prédisaient la mort à petit feu du fait d’une lourdeur supposée.

Les Cassandre semblent avoir tort : déjà l’une des plus importantes (et la plus visible) des délégations au CES, la French Tech propulse la France en troisième position des pays étrangers les mieux représentés à Taïwan aux côtés des USA et du Japon, pourtant plus importants dans les domaines de l’électronique et de l’informatique.

Le réseau national French Tech est donc décliné en neuf réseaux thématiques :
Le réseau #HealthTech est le plus important d’entre eux. Il se décline lui même en : #BioTech #MedTech #e-santé. Le cluster Nogentech, spécialisé dans les dispositifs médicaux, a intégré la #MedTech.

  #Healthtech

Nogentech intégré à French Tech

, par christophe

Le cluster Nogentech est donc membre du réseau French Tech et de ses écosystèmes thématiques. Nogentech figure logiquement au sein du réseau “santé”. L’objectif est la croissance des start-up françaises de cette thématique. Il s’agit de faire émerger parmi elles de grands leaders internationaux.

Le dossier a été bien monté et bien défendu. Pourtant, on ne dit plus “labellisé” ; Nogentech est officiellement repéré et surtout repérable au sein d’un réseau d’affaires. Le Cluster Nogentech est donc membre du réseau French Tech et de ses écosystèmes thématiques. Nogentech figure logiquement au sein du réseau “santé”. (JHM du 27 juillet 2016).

Le 25 juillet 2016, tous les écosystèmes French Tech se sont rassemblés à Laval à l’occasion de l’annonce officielle de la confirmation des 13 labels Métropoles French Tech et du lancement de ces réseaux thématiques French Tech, en présence d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie de l’Industrie et du Numérique, et Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au Numérique. Christophe Juppin, de la CCI Haute-Marne, représentait le cluster Nogentech au sein du réseau thématique HealthTech. Nogentech appartient donc officiellement à cette “entité” qui est d’abord un réseau d’entrepreneurs. Ce réseau s’incarne territorialement en mettant en lien les écosystèmes locaux des start-up de cette thématique, ici la santé.

L’objectif est la croissance des start-up françaises de cette thématique. Il s’agit de faire émerger parmi elles de grands leaders internationaux. Pour développer leur écosystème thématique au niveau national et international, les membres de French Tech utilisent les différents outils mis en place par le dispositif : des bourses French Tech pour inciter à la création de start-up, des accélérateurs French Tech, des opérations de promotion internationales French Tech, le French Tech Ticket pour attirer des start-up étrangères en France, etc.

Dans les neuf réseaux thématiques French Tech au niveau national, trois font partie de la Région Grand Est :

– French Tech Alsace s’illustre dans les réseaux HealthTech (santé, médecine, biotechnologies, dispositifs médicaux, bien-être et silver economy) et IOT Manufacturing (internet des objets, objets connectés, hardware, impression 3D, robots et drones). Nogentech a rejoint ce réseau.

– LoRnTECH intègre les réseaux IOT Manufacturing et FinTech (finance, paiement, néo-banque, gestion de l’épargne, etc.).

– Reims Tech rejoint le réseau Sports.

Le Cluster Nogentech regroupe, dans deux départements thématiques de la santé et des matériaux, près de 50 entreprises spécialisées dans le secteur de la métallurgie et de la transformation du Métal (Forges, fonderies, outillages, usinage, traitement de surface, polissage, maintenance…), réputées pour leur savoir-faire et la qualité de leur main-d’œuvre. Ces entreprises représentent plus de 3 000 emplois et un chiffre d’affaires de plus de 300 millions d’euros. Prosthesis Valley est un département du cluster Nogentech, qui regroupe des entreprises du médical.

Le cluster Nogentech a été labellisé SPL (Système Productif Localisé) en 2000, puis Pôle d’Excellence Rurale (PER) en juin 2006, et reconnu par l’État comme “Grappe d’entreprises” en mai 2010. Le cluster Nogentech est le plus important cluster de l’ancienne région Champagne-Ardenne

Avec plus de 35 % de la production mondiale d’implants orthopédiques et d’instrumentations médicales, le cluster « Prosthesis Valley » comprend des sociétés spécialisées dans les dispositifs médicaux (prothèses, accessoires, instruments de chirurgie et métiers connexes). Ces sociétés majeures sur le marché des dispositifs médicaux, spécialisées dans la fabrication et/ou la sous-traitance des dispositifs médicaux (MD) implantables et non implantables sont établies en Sud Champagne, notamment dans le Bassigny autour de l’axe Chaumont Nogent.


GIF - 75.9 ko
Christophe JUPPIN, Emmanuel MACRON, Arline DESRUMAUX (DIRECCTE) le 26 juillet 2016 à Laval.(Photo Pierre CASERT)

JHM du 27 septembre 2016 Dominique Piot
http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2016/09/27/nogentech-integre-a-french-tech/

Pour en savoir plus :

- Le cluster Nogentech
- Nogentech continue encore de grandir, le 20 avril 2017
- Témoignage du Cluster Nogentech lors de #BeEST2016 le 07 octobre 2016 à Nancy
- Nogentech : un écosystème qui fait rimer metallurgie et orthopédie
- Le cluster Nogentech
- David Biguet : « Il n’y a pas une, mais des industries du futur »

  #Healthtech

NOGENTECH intégré à French Tech le 25 juillet 2016

, par christophe

Le cluster Nogentech a été sélectionné en tant que membre du « Réseau Thématique Health Tech » de la French Tech. Neuf réseaux thématiques French Tech ont été créés le 25 juillet 2016 au niveau national. Christophe JUPPIN représentait le cluster Nogentech à Laval à cette occasion.

Emmanuel MACRON, ministre de l’Economie et Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du numérique ont annoncé les nouveaux « réseaux thématiques » French Tech le lundi 25 juillet 2016.

Tous les écosystèmes French Tech de France se sont rassemblés à Laval à l’occasion de l’annonce officielle de la confirmation des 13 labels Métropoles French Tech et le lancement des Réseaux Thématiques French Tech par Emmanuel MACRON, Ministre de l’Economie de l’Industrie et du Numérique, et Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’Etat au Numérique.

Le Cluster Nogentech . était représenté par Christophe JUPPIN de la CCI Haute-Marne, a été labellisé ce lundi 25 juillet dans le réseau thématique FRENCH TECH HealthTech

Emmanuel MACRON a lancé le 25 juillet 2016 à Laval les 9 réseaux thématiques #FrenchTech. Christophe JUPPIN représentait le cluster Nogentech à Laval à cette occasion. Arline DESRUMAUX (DIRECCTE) accompagnait la délégation Nogentech, avec Pierre CASERT (DIRECCTE) qui a pris la photo.

9 thèmes en tout, seulement 2 en Alsace

Au niveau national, neuf thèmes ont été retenus : La Health Tech (technologies médicales), IOT Manufacturing (industrie du futur), EdTech Entertainment (le divertissement), Sport, CleanTech Mobility (le développement durable et la transport), la FinTech (la finance), Security-Privacy (la sécurité), Retail (le commerce) et la FoodTech (la nourriture).

Des intitulés en anglo-saxons a justifié Emmanuel Macron, expliquant que le but de la French Tech est d’exporter le savoir-faire français à l’étranger.

Une question d’image

Avoir son entreprise dans un territoire French Tech donne accès un fonds d’investissements de 200 millions d’euros auprès de la Banque publique d’investissement (BPIfrance ). Deux projets, à Brest et Lyon, en bénéficient pour le moment.

Ce label ne déclenche pas d’argent automatique, mais permet surtout de bénéficier de cette nouvelle image.

Au sein de la région Grand Est, LoRnTECH intègre les réseaux IOT Manufacturing et FinTech, La Fabrik du Sport (Reims) rejoint le réseau Sports et le Cluster Nogentech (Haute-Marne) celui de la santé.

http://www.cluster-nogentech.com/a-propos/revue-de-presse/la-french-tech-accueille-nogentech-dans-son-reseau/

http://www.cluster-nogentech.com/actualites/nogentech-integre-a-french-tech-le-25-juillet-2016/

http://www.gouvernement.fr/action/la-french-tech-une-ambition-collective-pour-les-start-up-francaises

http://www.cluster-nogentech.com/wp-content/uploads/2016/07/2016-07-27-JHM-Nogentech-int%C3%A9gr%C3%A9-%C3%A0-French-Tech.pdf]

25 juillet 2016 Alsace : Un label "Industrie du futur" pour la French Tech Alsace

25 juillet 2016 DNA : Deux labels thématiques French Tech pour l’Alsace : #HealthTech et #IoT-Manufacturing

25 juillet 2016 france3 : Reims : la Fabrik du sport intègre la French Tech

CCI Mag - Edition Haute-Marne - 1er trimestre 2017 n°10 page 8

Le médical, un marché porteur pour les PME

Les rencontres acheteurs du médical n° 2 Mardi 26 janvier 2016 à Reims ¤

PDF - 984.3 ko
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

  #Healthtech

French Tech : le réseau HealthTech lancé par Bercy fait le plein de participants le 25 juillet 2016 à Laval

, par christophe

LAVAL, 27 juillet 2016 - Pas moins de 24 regroupements d’acteurs économiques de la santé connectée composent le réseau thématique Health Tech lancé le 25 juillet 2016 à Laval par le ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique dans le cadre du renouvellement des labels Métropoles French Tech.

Le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, Emmanuel Macron, et la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, ont confirmé à Laval le renouvellement des 13 labels Métropole French Tech, dont l’objectif est de "structurer" et de "rendre plus lisible" l’écosystème des start-up en France.

Ils ont dévoilé en parallèle les résultats de l’appel à projets de Bercy pour la création de réseaux thématiques visant à décliner le label French Tech en "réseau d’affaires" propre à chaque domaine d’activité.

Neuf réseaux ont été constitués : Health Tech, IoT et Manufacturing (objets connectés et processus de fabrication), EdTech et Entertainment (éducation et loisirs), CleanTech et Mobility (transports), FinTech (finances), Security et Privacy (sécurité et défense), Retail (commerce et distribution), FoodTech (agriculture et alimentation), et Sports

Bercy précise dans un communiqué que "le choix des terminologies anglaises est guidé par le caractère international de la portée de ces thématiques et de ces réseaux".

Le réseau HealthTech rassemble 10 des 13 métropoles French Tech (Lille, Rouen, Brest, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix-Marseille, Lyon et Grenoble), cinq territoires non labellisés (Amiens, Alsace, Besançon, Limoges et La Réunion), deux pôles de compétitivité franciliens (Medicen et Cap Digital), ainsi que le "biocluster" Genopole à Evry, les associations France Biotech et InnoTech Med, le réseau Silver Valley, le Cluster Nogentech et les fédérations de professionnels du secteur France eHealthTech et Alliance eHealth France (voir carte ci-dessous).

Il s’agit du premier réseau thématique en termes de nombre de participants, devant le réseau IoT et Manufacturing (16 organismes participants), CleanTech et Mobility et EdTech (15 chacun).

"Ces réseaux thématiques French Tech désignent la communauté fédérée de toutes les start-up, partout en France, sur une thématique donnée", explique Bercy, avant d’énumérer les différents objectifs de ces réseaux : "mise en réseau des écosystèmes locaux", "croissance des start-up françaises" et "émergence de grands leaders internationaux".

D’un point de vue opérationnel, les membres des réseaux doivent se réunir "entre trois et cinq fois par an" et "mettre en place des actions concrètes rassemblées dans une feuille de route".

Cette feuille de route permettra de "cartographier et identifier les start-up", de "coordonner et mettre en avant les structures d’accompagnement et les outils associés" et d’"élaborer une stratégie ambitieuse à l’international". Elle devra être publiée en novembre pour de premières actions opérationnelles prévues en décembre.

Avant cela, chaque réseau doit élire en "septembre-octobre 2017" son "secrétaire national" Il sera chargé "d’organiser et de faire vivre le réseau national", notamment en coordonnant la rédaction et la mise en oeuvre de la feuille de route.

Bercy précise qu’aucune structure légale n’est créée pour porter ces réseaux. Leurs membres y participent pour une durée de deux ans renouvelables après évaluation puis mise en place d’un nouvel appel à candidatures.

Sources :
http://www.ticsante.com/French-Tech-le-reseau-HealthTech-lance-par-Bercy-fait-le-plein-de-participants-NS_3112.html

ALSACE BIOVALLEY : le cluster Santé dans DNA Dernières nouvelles d’alsace du 03/02/2017

Deux labels thématiques French Tech pour l’Alsace : #HealthTech et #IoT-Manufacturing

  #Healthtech

Start-up : connaissez-vous la French Tech ?

, par christophe

Lancée fin 2013, la French Tech s’adresse à tous ceux qui travaillent pour des start-up françaises, en France ou à l’étranger. Avec cette initiative, l’Etat souhaite fédérer tous les acteurs engagés autour des start-up afin de structurer la dynamique française et la faire rayonner à l’international.


PNG - 39.9 ko
La French Tech : site Web
Pour faire de la France une "République numérique", le Gouvernement a lancé un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des start-up numériques françaises. La labellisation de Métropoles French Tech a permis de structurer l’écosystème français sous la forme d’un réseau rassemblant Paris et 13 autres écosystèmes remarquables qui sont les têtes de pont de la French Tech en régions. Des réseaux d’entrepreneurs français sont structurés dans 12 villes du monde entier, de New York à Tokyo en passant par Moscou et Le Cap, autour des French Tech Hubs. Le 25 juillet 2016, 9 réseaux thématiques French Tech ont été lancés.

La French Tech : une ambition collective pour les start-up françaises.

La French Tech : qu’est-ce que c’est ?

La French Tech réunit tous les acteurs qui gravitent autour des start-up. Elle est portée par la mission French Tech qui travaille en lien étroit avec les directions du ministère de l’Economie et des Finances, mais aussi avec le ministère des Affaires étrangères et le Commissariat général à l’Investissement. La Caisse des dépôts, Bpifrance et Business France sont aussi associés à l’initiative French Tech.

Pour faire de la France une "République numérique", le Gouvernement a lancé un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des start-up numériques françaises.

La French Tech s’appuie sur la mise en place des métropoles, des réseaux thématiques et des hubs. Elle propose aussi différentes aides telles que le Fonds French Tech Accélération, le concours French Tech Ticket et la bourse French Tech.

Qui sont les start-up de la French Tech ?

PDF - 3 Mo
Marque FrenchTech : les règles d’usage
Toutes les start-up ont vocation à être rassemblées autour de la French Tech, et peuvent utiliser sa marque, son logo et ses codes graphiques, à condition de respecter les règles d’usage décrite dans le présent document.

Pour la French Tech, une start-up est « une jeune entreprise, avec une ambition mondiale à la recherche d’un modèle économique qui lui assurera une croissance forte et rapide, ou une entreprise qui a grandi avec ce modèle. » Les start-up sont vecteurs d’innovation et utilisent le numérique pour se développer ou développer leurs produits.

Métropoles French Tech, réseaux thématiques et hubs
Métropoles French Tech

Le 27 novembre 2013, le Gouvernement a lancé le label « Métropoles French Tech » permettant de désigner les territoires les plus favorables au développement des start-up en France. Paris et sa région sont exclus de ce label car ils représentent plus de 50 % du potentiel français de start-up et en font la « capitale » de facto. Treize territoires ont obtenu le label « Métropoles French Tech » entre 2014 et 2015.

La labellisation de Métropoles French Tech a permis de structurer l’écosystème français sous la forme d’un réseau rassemblant Paris et 13 autres écosystèmes remarquables qui sont les têtes de pont de la French Tech en régions.

Les 13 “Métropoles French Tech” labellisées : Aix-Marseille French Tech, Bordeaux French Tech, French Tech Brest+, French Tech Côte d’Azur, French Tech in the Alps, French Tech Montpellier, French Tech Rennes St-Malo, French Tech Toulouse, Lille’s French Tech, LORnTech, Lyon French Tech, Nantes Tech, Normandy French Tech.

Réseaux thématiques French Tech

Le 25 juillet 2016, ce sont neuf réseaux thématiques French Tech qui sont créés afin de regrouper des entrepreneurs spécialisés dans le même domaine, et leur donner plus de de visibilité :

#HealthTech : #BioTech #MedTech #e-sante
#IoT #Manufacturing
#EdTech #Entertainment
#CleanTech #Mobility
#FinTech
#Security #Privacy
#Retail
#FoodTech
#Sports

NB : le choix des terminologies anglaises est guidé par le caractère international de la portée de ces thématiques et de ces réseaux.

Hubs French Tech

Les hubs French Tech sont des zones labellisées partout dans le monde, qui ont pour objectif de favoriser l’installation de start-up à l’international et de promouvoir l’attractivité de la France auprès des entrepreneurs et investisseurs locaux.
Des réseaux d’entrepreneurs français sont structurés dans 12 villes du monde entier, de New York à Tokyo en passant par Moscou et Le Cap, autour des French Tech Hubs.

Les aides aux start-up
Fonds French Tech Acceleration

Grâce au Fonds French Tech Acceleration de 200 millions d’euros, la French Tech favorise le développement d’accélérateurs de start-up, c’est-à-dire des programmes permettant aux start-up d’avoir une croissance rapide grâce à des moyens « industriels » et financiers.

Concours French Tech Ticket

Le concours French Tech Ticket lancé le 20 mai 2015 a pour objectif d’attirer des entrepreneurs internationaux pour qu’ils s’installent en France. En 2015, 50 entrepreneurs ont été choisis pour obtenir le French Tech Ticket. Les lauréats de la seconde édition du concours seront bientôt connus.

Lire aussi : Entrepreneurs étrangers : une nouvelle chance de développer votre projet en France avec le French Tech Ticket

Bourse French Tech

La bourse French Tech vise à encourager les entrepreneurs innovants en favorisant leur prise de risque. La bourse peut ainsi permettre d’effectuer les premières dépenses pour rentrer sur le marché en ayant balisé les facteurs de risques et sécurisé au maximum les dimensions stratégiques du projet.

PDF - 984.3 ko
Prothesis Valley - Sud Champagne

sources :
http://www.economie.gouv.fr/vous-orienter/entreprise/numerique/french-tech-start-up

CCI Mag - Edition Haute-Marne - 1er trimestre 2017 n°10 page 8

  #Healthtech

Téléchargez le cahier spécial Prosthesis

, par christophe

Il fait fureur, le cahier spécial “Médical” du supplément Entreprises 2015 du Journal de la Haute-Marne. Vous pouvez télécharger le document au format PDF (37 Mo) en cliquant sur l’image. Bonne lecture !

La CCI Haute-Marne, membre du cluster Nogentech, a noué un partenariat étroit avec celui-ci. Le responsable du pôle technologique a permis au cluster Nogentech et à son département Prosthesis Valley d’intégrer le 25 juillet 2016 le réseau thématique French Tech de la santé « Health Tech » pour les dispositifs médicaux et d’être distingué parmi les écosystèmes les plus favorables aux start-ups. L’objectif est de les inciter à venir s’installer dans le département de la Haute-Marne et assurer un environnement économique idéal à leur développement.

Il fait fureur, notre cahier spécial “Médical” du supplément Entreprises JHM 2015. Vous pouvez télécharger le document au format PDF (37 Mo) en cliquant sur l’image ci-dessous. Bonne lecture !

Téléchargez le PDF (37 Mo) du cahier spécial “Médical” du supplément Entreprises JHM 2015.


PDF - 31.9 Mo
cahier spécial “Médical” du supplément Entreprises 2015 du JHM au format PDF (37 Mo)
cahier spécial “Médical” du supplément Entreprises 2015 du JHM au format PDF (37 Mo)


PDF - 984.3 ko
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

Pour en savoir plus :

la filière du Médical en Haute-Marne
Le cluster Nogentech
Téléchargez le cahier spécial Prosthesis
Le médical, un marché porteur pour les PME
Les rencontres acheteurs du médical n° 2 Mardi 26 janvier 2016 à Reims
Nogentech : un écosystème qui fait rimer metallurgie et orthopédie
Le cluster Nogentech

  #Healthtech

Le cluster Nogentech dans le réseau French Tech CCI Mag n°10 du 1er trimestre 2017

, par christophe

La CCI Haute-Marne, membre du cluster Nogentech, a noué un partenariat étroit avec celui-ci. Le responsable du pôle technologique a permis au cluster Nogentech et à son département Prosthesis Valley d’intégrer le 25 juillet 2016 le réseau thématique French Tech de la santé « Health Tech » pour les dispositifs médicaux et d’être distingué parmi les écosystèmes les plus favorables aux start-ups. L’objectif est de les inciter à venir s’installer dans le département de la Haute-Marne et assurer un environnement économique idéal à leur développement.

La «  French Tech » désigne tous ceux qui travaillent dans ou pour les start-ups françaises en France ou à l’étranger.

Les entrepreneurs en premier lieu, mais aussi les investisseurs, ingénieurs, designers, développeurs, grands groupes, associations, médias, opérateurs publics, instituts de recherche…qui s’engagent pour la croissance des start-up d’une part et pour leur rayonnement international d’autre part.

L’initiative gouvernementale French Tech vise de « promouvoir la croissance des startups françaises de la thématique et de faire émerger parmi elle de grands leaders internationaux, les ETI et les grands groupes de demain ».

Aussi, Le Ministère de l’économie et du Numérique a renforcé le réseau de 2014, en adjoignant neuf réseaux thématiques ouverts à de nouveaux territoires aux 13 métropoles labellisées. Ce 25 juillet 2016, Axelle Lemaire, Secrétaire d’État au Numérique et Emmanuel Macron, Ministre de l’Économie de l’Industrie et du Numérique, les ont précisés.

Les membres de la French Tech peuvent alors utiliser les différents outils mis en place par le dispositif  : des bourses French Tech pour inciter à la création de start-ups, des accélérateurs French Tech, des opérations de promotion internationales French Tech, le French Tech Ticket pour attirer des start-ups étrangères en France, etc.

Autre avantage concret de ce réseau : depuis le 01/01/2016, en devenant membre associé « French Tech », l’UGAP (Union des Groupements d’achats Publics), acteur clé de la commande publique, propose un accès privilégié au référencement des start-ups labellisés « French Tech » « afin de mobiliser l’achat public pour acheter start-up, acheter innovant et permettre aux entreprises de grandir ».

L’écosystème sur le territoire Nogent-Chaumont est particulièrement favorable au soutien de start-ups innovantes dans le domaine médical. En effet, le Cluster Nogentech (labellisé Système Productif Localisé, Pôle d’Excellence Rurale, « Grappe d’entreprises ») regroupe dans deux départements thématiques de la santé et des matériaux, près de 50 entreprises de la métallurgie réputées pour leur savoir-faire, la qualité de leur main-d’oeuvre et leur réactivité.

David Biguet , président du Cluster Nogentech et Directeur de Site WRIGHT Biotech, est assisté par deux vice-présidents : Delphine Descorne-Jeanny, directrice des opérations de l’entreprise Marle et Christophe Pinay, Directeur Général de la Société des Forges de Froncles, Groupe Altenloh, Brinck & Co.

Les start-ups pourront s’appuyer sur ce cluster « Prosthesis Valley » qui, ne l’oublions, pas produit plus de 35 % de la production mondiale d’implants orthopédiques et d’instrumentations (prothèses, accessoires, instruments de chirurgie et métiers connexes), et sur le CRITT MDTS antenne à Nogent, plus grand CRITT spécialisé dans le domaine médical.

Des start-ups de Haute-Marne dans le domaine médical ? 3A (Applications Additives Avancees) ; Acdmr ; Biocetis ; Dental Technic ; Etna Medical ; Familiale Mr Modshelf ; Gandara Microtig ; Mickroland R&A ; Tam Telesante.

Contact : Christophe Juppin
c.juppin@haute-marne.cci.fr

CCI Mag

CCI Mag - Edition Haute-Marne - 1er trimestre 2017 n°10 page 8

Le médical, un marché porteur pour les PME

Les rencontres acheteurs du médical n° 2 Mardi 26 janvier 2016 à Reims ¤

PDF - 984.3 ko
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015
Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

Dépliant « Prosthesis Valley » decembre 2015

  #Healthtech

Aesculap : Die gute croissance

, par christophe

On connaissait le défi d’Aesculap : doubler la production d’ici 2020 ! Le groupe B Braun a donné à Claude Rauscher les moyens de ses ambitions : un nouveau bâtiment de 1 200 m² et les outils idoines. Au terme de douze mois de travaux et plus d’un million d’euros d’investissements, Aesculap a donc inauguré vendredi 7 octobre 2016 ses nouveaux murs.

Le groupe B Braun a donné à Claude Rauscher les moyens de ses ambitions : un nouveau bâtiment de 1 200 m² et les outils idoines. (JHM du 11 octobre 2016)

Au terme de douze mois de travaux et plus d’un million d’euros d’investissements, Aesculap a donc inauguré vendredi 7 octobre 2016 ses nouveaux murs. Cet agrandissement est tout sauf anodin. On aurait tort de n’y voir qu’une chape de béton et des cloisons. Philippe Richert et Christine Guillemy ne s’y sont pas trompés, accompagnant les grands patrons allemands que sont Pr Knaebel et Pr Burmeister, dirigeants du groupe B Braun, venus couper l’emblématique ruban.

Aesculap Chaumont fabrique des implants orthopédiques du genou, notamment le fameux colombus, et l’instrumentation nécessaire à leur pose. Jusqu’à présent, le site en produisait 50 000 par an. L’allongement de l’espérance de vie booste la demande à l’échelle mondiale ; pour suivre, Aesculap veut doubler sa production ; d’où, donc, ce nouveau bâtiment.

Figurent dans le top 5 des pays qui importent des implants produits à Chaumont, l’Inde, ou encore la Corée, derrière bien sûr nos voisins d’Outre-Rhin, pays de la maison mère.

Cette ambition assumée pourrait avoir des conséquences très concrètes à Chaumont en termes d’emploi : une vingtaine de personnes pourraient être embauchées durant ces trois prochaines années.

B Braun, un leader présent en France

B Braun est l’un des leaders mondiaux dans le domaine des dispositifs médicaux, implants et spécialités pharmaceutiques pour la chirurgie, la perfusion, les soins intensifs et l’anesthésie. Le groupe allemand emploie en France 2 000 collaborateurs dans six entités qui regroupent huit sites de recherche, de la production (comme à Chaumont), de la logistique et des services.



(JHM du 11 octobre 2016)

Dominique Piot

http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2016/10/11/aesculap-die-gute-croissance/