JPEG - 230.3 ko

Le Pôle technologique Sud Champagne est à la fois un outil d’aménagement du territoire, mis au service des entreprises, et un atout technologique pour l’ensemble de la Haute-Marne. Voyez le Dossier de presse et les Flyers.

 

Le pôle technologique Sud Champagne en vidéo

Crédits photos : David Billy, photographe. Tous droits réservés © VITAMINE

 

Christophe Richard, Banque Populaire, directeur de la région Champagne, nous présente le Pôle technologique de Nogent (Haute Marne) : "... Ce pôle est le site de l’innovation dans le domaine des matériaux. C’est également un exemple de réussite d’un cluster en milieu rural ... un système industriel vertueux et une référence internationale dans le travail des métaux ..."

 

Convergences franco-allemandes : Madame Annegret Kramp-Karrenbauer à Nogent

Le périple haut-marnais de la Ministre Présidente du Land de Sarre passait, jeudi 18 février 2016 au matin, par Nogent en Haute Marne. C’est dans les locaux du Pôle technologique et de l’antenne de l’Université de technologie de Troyes (UTT) que Madame Annegret Kramp-Karrenbauer a été accueillie par Anne-Marie Nedelec.

Le périple haut-marnais de la Ministre Présidente du Land de Sarre passait, jeudi 18 février 2016 au matin, par Nogent. (JHM du 19 février 2016). C’est dans les locaux du Pôle technologique et de l’antenne de l’Université de technologie de Troyes (UTT) que l’élue d’Outre-Rhin a été accueillie par Anne-Marie Nedelec.

Annegret Kramp-Karrenbauer a découvert les productions emblématiques du Bassin : implants, instrumentation chirurgicale, vilebrequins et outillage toutes pièces requérant des technologies avancées… et souvent exportées vers l’Allemagne.

JPEG - 127.1 ko
Visite de Madame Annegret Kramp-Karrenbauer, Ministre-Présidente du Land de Sarre le 18 février 2016.

Frédéric Sanchette, directeur du site haut-marnais de l’UTT, a ensuite guidé son hôte dans les laboratoires de l’établissement.

Cette visite fort opportunément organisée par le Conseil départemental, pourrait déboucher un jour sur de futures collaborations industrielles franco-allemandes. À cet égard, la présence de l’emblématique Oskar Rapp, ancien patron de Freudenberg à Langres, désormais installé en Haute-Marne, prenait valeur de symbole.


JHM du 19 février 2016 - Dominique Piot
http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2016/02/19/convergences-franco-allemandes-a-nogent/


 

Le Pôle techno, instrument du futur

Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent les deuxième et troisième phase des travaux du “Pôle techno”. Car Nogent – on dépasse le seul Pôle – veut accueillir plus encore d’étudiants et se dote des moyens pour y parvenir. Le Pôle technologique Sud Champagne est l’instrument du futur

Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent les deuxième et troisième phase des travaux du “Pôle techno”. (JHM du 10 mai 2016)

« J’ai bien entendu votre souhait. Nous saurons vous répondre positivement » Cette phrase-là, prononcée lundi après-midi par Philippe Richert, a été la seule phrase applaudie spontanément par la salle. Toutes les autres marques sonores de satisfaction ont été émises à la fin de chaque discours, comme autant de ponctuations polies. Mais là, en plein milieu de son propos, le Président de Région a dû s’interrompre pour laisser passer les bravos.

Il était là dans l’amphi bondé de l’antenne nogentaise de l’Université de technologie de Troyes. Les chaises ajoutées n’y suffisaient pas. Les étudiants étaient restés debout et les portes avaient été ouvertes dans le fond sur un horizon de colza pour rafraîchir l’espace saturé. Donc, Philippe Richert parlait et venait de dire oui à Anne-Marie Nedelec ; il venait de dire oui à Pierre Koch, le président de l’UTT ; il venait de dire oui à Frédéric et Sandrine Sanchette et leurs collaborateurs ; il venait de donner raison formellement à tous ceux qui depuis une quinzaine d’années ont construit pierre après pierre ce désormais fameux “Pôle techno”.

GIF - 81.4 ko
crédits : Photo Dominique Piot
Philippe Richert, Président de la région Grand Est, a inauguré lundi 9 mai 2016 à Nogent le Pôle technologique Sud Champagne.

Les anciens maires de Nogent étaient là, qui buvaient du petit-lait. Régis Flot, Jean-Loïc Carré étaient là : ces deux artisans des premiers dossiers, des premiers plans, ces initiateurs, avec d’autres, de l’idée fondamentale : mettre en un même lieu, au milieu de nulle part, des entreprises, des chercheurs, des étudiants. Sauf que nulle part n’était pas rien : c’était Nogent, terre de besogneux à l’âme forgée au travail du métal.

Ce Pôle, dit “techno” porte presque mal son nom, tant il fut, dans sa genèse, dans ses racines, dans sa croissance, d’abord humain. Les humains qui se sont penchés sur son berceau ne croyaient pas aux fées, mais aux faits. De la première pierre, posée par vents mauvais, jusqu’à cette inauguration des deuxième et troisième tranches, ces humains du CRITT, ces humains de Nogentech, ces humains de l’UTT, ces élus de terrain qui s’étaient dotés d’un fort bel outil sur le papier, en ont fait une machine à projets.

L’inauguration n’était pas un satisfecit du genre “on a terminé” mais plutôt une ode à l’avenir. Car qu’est-ce d’autre que sourire au futur que de former des étudiants ?

La Haute-Marne sait-elle que 20 % des premiers ingénieurs diplômés sont aujourd’hui en CDI dans les entreprises de notre territoire ? Et si ces entreprises les ont gardés – quand ces entreprises sont des grandes – c’est qu’ils ont quelques vertus.

Pour entendre comme il faut les entendre ces applaudissements, il faut revenir presque un an en arrière, quand le projet se battait, menacé qu’il se sentait par d’autres desseins, peut-être ardennais.

Car Nogent – on dépasse le seul Pôle – veut accueillir plus encore d’étudiants et se dote des moyens de les loger par exemple. Et l’UTT fait plus qu’accompagner l’idée : il l’épouse. Un doute sournois sapait cette attente de développement. Hier, donc, en une phrase, Philippe Richert l’a levé : ce projet de développement pourra s’adosser sur la nouvelle région. Davantage encore d’ingénieurs sortiront de Nogent. De nouveaux thésards soutiendront, à l’endroit-même où Philippe Richert a rendu hommage à tous les acteurs de l’histoire du Pôle, « femmes et hommes convaincus de la justesse du chemin engagé ». Mesurant ô combien la pente de ce chemin, les “anciens” ont apprécié. Qu’on ne s’y trompe pas : c’est bien aux jeunes, debout dans le fond de la salle, que s’adressait ce clin d’œil malicieux à l’avenir.

Françoise Suliman, préfet, a l’esprit de synthèse : « le Pôle est l’instrument du futur » a-t-elle conclu. Elle a tout compris.


JHM du 19 septembre 2016 - Dominique Piot
http://economie.jhm-blogs.fr/economie/2016/09/19/le-pole-techno-instrument-du-futur/


 

Le Pôle technologique Sud Champagne à Nogent Dossier de presse

C’est un exemple réussi de cluster en milieu rural, à Nogent, en Haute-Marne, cité qui a connu la gloire industrielle au XVIIIe et XIXe siècle grâce à la coutellerie. Depuis, ces industries ont su innover à partir de leurs savoir-faire traditionnels. Aujourd’hui, cet écosystème industriel est devenu une référence internationale dans le domaine du travail des métaux, en particulier de la prothèse médicale, de l’automobile et de l’aéronautique.

Le Pôle technologique Sud-Champagne, un cluster exemplaire.

Riche d’un tissu de PME/PMI innovantes et dynamiques, le bassin d’emplois de Nogent (Haute Marne) bénéficie d’un équipement optimal pour la coopération entre le monde de l’entreprise, la formation et la recherche avec l’Université de technologie de Troyes (UTT), le CRITT MDTS (Centre régional d’innovation et de transfert de technologie - Matériaux, dépôts et traitement de surface) notamment.
En ce sens, c’est un exemple emblématique de cluster en milieu rural.
La force de cet écosystème du sud de la Champagne, c’est de pouvoir proposer le CRITT le plus important dans le domaine des matériaux et de la santé, l’université avec son laboratoire de recherche en métallurgie de couches minces, associé au commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives : NICCI - Nogent International Center for CVD, et les entreprises leader :
la plus grande forge automobile de France : FORGES DE COURCELLES Groupe SIFCOR à Nogent (52800) ;
la plus grande forge aéronautique de France : Manoir Aerospace- FORGES DE BOLOGNE- Groupe LISI à BOLOGNE (52310) ;
la plus grande forge du médical d’Europe : ETABLISSEMENTS MAURICE MARLE, à Nogent (52800).
Situé au sud de la région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, le Pôle technologique à Nogent bénéficie pleinement de son positionnement au cœur du réseau de communication reliant le nord et le sud de l’Europe.

Aujourd’hui, le Pôle technologique Sud-Champagne comprend :

une antenne de l’Université de technologie de Troyes qui abrite deux formations : des ingénieurs et une licence professionnelle dans le domaine des matériaux. Ces deux formations sont dispensées en alternance, grâce à l’engagement des entreprises régionales et nationales. Cette antenne de l’UTT compte également le laboratoire NICCI (Nogent International Center for CVD Innovation) reconnu « Laboratoire de Recherche Correspondant » du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives sur la thématique de l’ingénierie des surfaces, fruit du partenariat UTT-CEA ;

un centre de Ressources Technologiques CRITT MDTS spécialisé dans les matériaux, dépôts et traitements de surface, apportant une assistante technique et scientifique aux industriels (caractérisation des produits lors de leur conception ou de leur production en série) et participant à des programmes de recherche ;

une pépinière d’entreprises qui accueille notamment la société 3A, leader dans le domaine de la fabrication additive ;

l’association du cluster Nogentech qui regroupe 45 entreprises industrielles de Haute-Marne (page 15).

La singularité de ce cluster en milieu rural repose sur la densité de son écosystème industriel et la solidité des partenariats noués entre le monde de l’entreprise, la recherche et la formation sur un territoire à taille humaine, où les relations interpersonnelles sont déterminantes pour le développement du tissu économique local. L’engagement remarquable des entreprises permet à la formation de « coller » en permanence aux besoins du marché du travail, ce qui conduit aujourd’hui, pour les diplômés de l’UTT formés à Nogent, à un temps moyen de recherche de premier emploi de 1,7 mois.

Le Pôle technologique est un outil au service du développement des entreprises par la technologie, la recherche, l’innovation, le transfert de technologie et la formation, et donc de l’emploi.

Parmi les projets clefs figurent d’ailleurs la création d’une nouvelle formation de niveau licence, comme la perspective d’augmenter la capacité d’accueil d’élèves ingénieurs.

Historique du projet

Dans le cadre de la revitalisation du tissu économique et du renforcement de la compétitivité des entreprises, le Conseil départemental de la Haute-Marne et le Groupement d’intérêt public (GIP) de la Haute-Marne, en charge de la gestion des fonds d’accompagnement économiques du laboratoire de Bure-Saudron, ont pris l’initiative de créer en 2009 avec le CRITT MDTS et l’UTT ce pôle d’attractivité au service du développement territorial.

Les collectivités territoriales haut-marnaises ont voulu tirer parti de la volonté d’extension des activités du Centre régional d’innovation et de transfert de technologies - matériaux, dépôts, traitements de surface (CRITT-MDTS) sur le site de Nogent (Haute Marne) et d’un partenariat avec l’Université de technologie de Troyes (UTT), pour constituer un Pôle technologique ayant pour missions :
– le soutien technologique aux industriels à un niveau régional, national et européen ;
– la création de formations diplômantes supérieures ;
– la mise en place d’une structure d’accueil et de soutien aux entreprises et à la création d’emplois (incubateur d’entreprises).

Le syndicat mixte du Pôle technologique de Haute-Champagne (SYMTEC), qui rassemble le Conseil départemental de la Haute-Marne (95%) et la communauté de communes du bassin nogentais (5%), a été créé le 3 décembre 2004 pour porter l’opération immobilière du Pôle technologique.

Trois tranches de travaux ont été réalisées (2007, 2011 et 2015) permettant l’implantation d’une antenne du Centre régional d’innovation et de transfert de technologie (CRITT MDTS), d’une antenne de l’Université de technologie de Troyes (UTT) et la création d’un incubateur d’entreprises.

L’Europe, l’État, la Région, la communauté de communes et la ville de Nogent apportent également leur concours à cette réussite.

JPEG - 65 ko
Pose de la première pierre - juillet 2007

Les grandes dates et les coûts

Pose de la première pierre : juillet 2007

Première tranche de travaux : 2007 – 2009

Réalisation du bâtiment du Centre régional d’innovation et de transfert de technologie - CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) - (1700 m² utiles) et de l’incubateur d’entreprises (273 m²) avec, pour jonction des deux, l’amorce du bâtiment d’accueil (379 m²). Coût total de cette phase : 8,5 M€.

Cette première tranche de travaux a bénéficié du label DATAR de pôle d’excellence rurale et a été inaugurée le 9 avril 2009.

Deuxième tranche de travaux : 2011 – 2013

Extension de la pépinière d’entreprises et construction de la partie formation, dont une salle de conférence pouvant notamment servir d’amphithéâtre pour l’UTT.

Bâtiment incubateur-pépinière
Augmentation de la capacité d’accueil : deux fois deux modules de 140 m² et 237 m² qui peuvent éventuellement communiquer.

Bâtiment formation
Création d’un amphithéâtre de 118 places, une salle de cours-conception assistée par ordinateur (CAO), deux laboratoires et quatre bureaux, destinés à la filière de formation par apprentissage de l’UTT et à son équipe d’enseignants-chercheurs.
Ces bâtiments sont aussi destinés à accueillir d’autres formations, séminaires, assemblées et manifestations, notamment avec la salle de conférence, conçue comme un outil mutualisé pour favoriser le développement et l’animation locale.

Coût total des travaux de la phase 2 : 3,6 M€ avec participation de :
– l’État (FNADT) : 1 M€
– la Région : 1 M€ au titre du CPER 2007-2013
– le GIP Haute-Marne : 750 230 €
– Le Conseil départemental de la Haute-Marne et la communauté de communes du bassin nogentais : 850 000 €.

Troisième tranche de travaux : 2014 - 2015

Cette extension a constitué la dernière tranche de travaux dans l’objectif de finaliser la construction de cet ensemble immobilier.
Elle a permis la construction de 900 m² de locaux de la partie formation de l’UTT pour le développement de ses activités d’enseignement et de recherche, ainsi que l’extension de l’incubateur d’entreprises afin de construire des passerelles plus larges avec le monde de l’entreprise.
Le Conseil départemental de la Haute-Marne a assisté le SYMTEC dans la maîtrise d’ouvrage.

1. Bâtiment formation
L’aile gauche
– deux salles de cours supplémentaires en plus de la salle informatique existante avec doublement de la surface de laboratoire dédiée aux travaux pratiques ;
– un laboratoire.
L’aile droite
– un bureau dédié à un ingénieur d’étude ;
– un bureau dédié aux étudiants-stagiaires ;
– un bureau dédié aux enseignants pour le développement des deux formations ;
– un bureau « libre » pour le développement futur de l’antenne ;
– une surface de laboratoires pour le développement futur de l’antenne, permettant notamment d’installer des équipements lourds (labo recherche R) ;
– une salle de réunion connectée utilisée par tous les acteurs du Pôle technologique, et qui permet d’améliorer et de favoriser les échanges entre l’antenne et le site de Troyes ;
– un espace dédié à la vie étudiante.

2. Bâtiment incubateur-pépinière

Construction de deux modules de 182 m², composés chacun d’une halle (136 m²), d’un bureau (15 m²) et d’un laboratoire (15 m²), ainsi que d’un ensemble sanitaires / vestiaires (15,60 m²).
Objectifs :
– dynamiser le portage d’initiatives sur le bassin emploi nogentais ;
– offrir aux étudiants diplômés de l’UTT, et plus spécifiquement à ceux sortant d’un cursus de licence professionnelle, la possibilité de s’inscrire dans une démarche de création d’entreprise.

Inauguration de l’ensemble du Pôle technologique : 9 mai 2016

En présence de :
– Françoise Souliman, Préfet de la Haute-Marne
– Philippe Richert, Président du Conseil régional Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, ancien Ministre
– Bruno Sido, Sénateur, Président du Conseil départemental, Président du GIP Haute-Marne
– Anne-Marie Nédélec, Maire de Nogent, Présidente du Symtec, Maître d’ouvrage
– Pierre Koch, Président de l’Université de technologie de Troyes.

Afin de développer l’attractivité du Pôle technologique Sud-Champagne, en lien avec les activités des autres occupants du pôle technologique (UTT et CRITT-MDTS), la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Haute-Marne, le groupement d’intérêt public (GIP) de la Haute-Marne et le Conseil départemental de la Haute-Marne ont confié à la CCI l’animation du Pôle technologique.

Une personne assure cette mission en complément des actions de promotion auprès des entreprises également assurées par la CCI. Son rôle consiste à développer les synergies entre les composantes du Pôle (CRITT MDTS – UTT – pépinières d’entreprises), à renforcer son image d’expertise en innovation, à promouvoir la recherche et les actions innovantes auprès des entreprises du département, à accompagner les porteurs de projets dans leur mise en œuvre et à développer des projets collectifs en matière d’innovation.
Sa mission d’animation du Pôle technologique passe aussi par la présentation des technologies clés sur des segments stratégiques de notre économie (MatinalesTechnologiques) et par la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle auprès du grand public, notamment auprès des jeunes (cinétech).


Contact :
Christophe JUPPIN
Chargé de développement Innovation et responsable du Pôle technologique
Tél. 06 33 72 23 11
c.juppin@haute-marne.cci.fr


Plan de financement du Pôle technologique de Haute-Champagne, Nogent, Subventions des partenaires
tranche 1 tranche 2 tranche 3 (données prévisionnelles) Total Part %
Coût total TTC 8 558 920,98 € 3 575 625,69 € 2 998 951,00 € 15 133 497,67 €
État 823 870,00 € 1 000 000,00 € 700 000,00 € 2 523 870,00 € 16,70%
Région 1 360 379,00 € 924 534,81 € 700 000,00 € 2 984 913,81 € 19,70%
Europe 2 480 382,79 € 16,40%
GIP Haute-Marne 1 208 114,54 € 673 955,93 € 599 276,00 € 2 481 346,47 € 16,40%
Conseil départemental Haute-Marne 1 457 157,58 € 634 342,50 € 474 857,50 € 2 566 357,58 € 17,00%
Communauté de communes du bassin nogentais 76 692,50 € 33 386,45 € 24 992,50 € 135 071,45 € 0,90%

L’Université de technologie de Troyes (UTT)

L’Université de technologie de Troyes (UTT) a été créée en 1994. Son site principal est situé à Troyes. Il accueille 2 500 étudiants, auxquels se rajoutent les 100 étudiants de l’antenne de Nogent. L’UTT forme des ingénieurs, sur 5 branches à Troyes (mécanique, matériaux, systèmes industriels, Systèmes d’information et Réseaux) et par alternance à Nogent (Matériaux et Mécanique). À la rentrée 2016, une nouvelle branche ouvre à Reims, en partenariat avec l’URCA (Automatismes et informatique industrielle). Forte du succès de la formation par apprentissage initiée à Nogent, une nouvelle implantation à Charleville Mézières verra le jour en 2016.

L’UTT forme également des étudiants en master (9 spécialités), en DU et en licence professionnelle. Elle ouvre trois Mastères Spécialisés à la rentrée 2016 (Cybersécurité, Big data et achats en milieu industriel).

L’UTT a sa propre école doctorale (180 doctorants) et une activité scientifique qui se traduit par de nombreuses publications et un volume de recherche contractuelle qui représente 7 M€, soit près de 20% du budget de l’établissement.

Ses installations s’étendent sur 40 000 m² à Troyes et 2 000 m² à Nogent.

L’implantation d’une antenne de l’UTT à Nogent répondait à un double objectif : répondre à une forte demande de cadres de l’industrie dans les domaines de la mécanique et des matériaux et répondre au souhait de rapprochement entre ces entreprises et la recherche technologique menée dans l’établissement.

JPEG - 97 ko
Étudiants de l’UTT
crédits : photo : Studio Lemoine

Ce projet a pu se concrétiser grâce à un fort soutien des collectivités : le Conseil départemental de la Haute-Marne via le Symtec participe à hauteur de 95% des dépenses nettes (fonctionnement) du Pôle technologique et met à disposition les locaux et via le GIP Haute-Marne qui soutient financièrement cette réalisation. Le Conseil régional apporte une aide pour les activités d’enseignement et de recherche, ainsi qu’une subvention à l’investissement. La mairie de Nogent et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Haute-Marne accompagnent aussi cette réussite.

De nombreuses entreprises sont partenaires de l’antenne de Nogent et accueillent les étudiants en alternance : Forges de Bologne (groupe LISI), Marle, Forges de Courcelles, Deguy-Conge, Freudenberg, Biotech Ortho, Forges de Froncles, Maire-Didier, Gillet Group, Forgex, etc.

Le dispositif nogentais de l’UTT rassemble plusieurs caractéristiques qui en font un moteur innovant en matière d’enseignement supérieur, de recherche et de transfert de technologie :
– il forme des ingénieurs et des licences pro par l’alternance ;
– il développe sa propre activité de recherche ;
– il est immergé dans l’écosystème industriel haut marnais, qui inclut des entreprises compétitives au plan international ;
– il assure donc une synergie entre les ressources apportées par l’apprentissage,la formation et la recherche ;
– il est capable, en lien avec le CRITT MDTS présent localement, d’activer des transferts de technologie et d’offrir des prestations de formation continue.

L’UTT s’inscrit dans une démarche qui associe alternance,recherche et transfert de technologie et souhaite examiner la faisabilité de ses propositions en matière de développement sur cette antenne de Nogent.

JPEG - 93.3 ko
L’enseignement à Nogent
crédits : photo : Studio Lemoine

1) L’enseignement à Nogent

L’antenne de Nogent de l’Université de technologie de Troyes (UTT) a diplômé 37 ingénieurs sur ses deux premières promotions 2014 et 2015, dont 50% ont été embauchés par l’entreprise les ayant formés en apprentissage. 8 sont en CDI dans une entreprise régionale.100 étudiants y sont actuellement en formation en alternance, dont 10 en licence professionnelle.

Depuis septembre 2015, une formation de techniciens supérieurs de haut niveau (LP M2-C) dans les domaines de la mécanique et des matériaux, en collaboration exclusive avec la branche professionnelle (UIMM) et l’AFPI, a en effet vu le jour à Nogent, permettant maintenant de proposer une offre de formation complète au bassin industriel local. Cette approche renforce la synergie des moyens et des compétences importantes en région.
Ainsi, l’UTT s’appuie sur le réseau existant de BTS régionaux pour compléter ses cursus par une licence professionnelle, alors que le diplôme d’ingénieur recrute sur l’ensemble du territoire national, via le réseau des 3 UT.

Devant l’intérêt suscité par la formation d’ingénieurs « Mécanique et Matériaux » par apprentissage auprès des entreprises locales et nationales, le nombre de places financées au titre de l’apprentissage pour les élèves-ingénieurs pourrait passer de 30 à 50 du nombre de places. À terme, l’antenne de Nogent formerait ainsi quelque 170 alternants : 150 apprenti-ingénieurs et 20 licences professionnelles.

L’expérience met en évidence l’adaptabilité des étudiants de l’antenne de l’UTT de Nogent à des environnements très différents : de la très petite entreprise aux grands groupes, pour des missions très variées : bureau d’étude, méthodes, qualité, production, etc.

Pour rappel, ces apprenti-ingénieurs entament un cycle de 3 ans dont les deux premières années se déroulent à Nogent, les enseignements de la dernière année étant dispensés à Troyes ou à l’étranger pour environ 40% d’entre eux.
Un stage à l’étranger obligatoire doit être effectué entre janvier et mars de la deuxième année. L’expérience des trois premières promotions montre combien cette expérience internationale joue favorablement sur l’évolution des élèves-ingénieurs. En effet, ils doivent souvent trouver ce stage en toute autonomie et gérer notamment les aspects budgétaires et organisationnels Ceux qui partent dans un pays de la communauté européenne bénéficient d’une bourse Erasmus, les autres reçoivent une bourse équivalente de l’UTT.

Lors de la visite, en février 2016, de Madame Annegret Kramp-Karrenbauer, Ministre-Présidente du Land de Sarre, de nombreuses possibilités concrètes de coopération entre l’antenne nogentaise de l’UTT et la Sarre ont été évoquées, ce qui conduit l’UTT à envisager la création d’un double diplôme franco-allemand. Parallèlement, l’équipe d’enseignants-chercheurs du site de Nogent étudie aussi la mise en place d’une section germanophone avec les entreprises à capitaux allemands de la région.
Le contenu des cours évolue en relation avec les remarques des maîtres d’apprentissage des entreprises et suite à des recommandations de la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur). Le cursus est réactif, flexible, adaptable aux demandes des entreprises.
L’équipe enseignante est composée localement de quatre enseignant-chercheurs et d’un enseignant, la majorité des formations est dispensée par les enseignants de l’UTT. Une attention particulière est accordée à la participation d’acteurs industriels aux enseignements : c’est une formation professionalisante.

JPEG - 127.1 ko
Visite de Madame Annegret Kramp-Karrenbauer, Ministre-Présidente du Land de Sarre le 18 février 2016.

2) La recherche à Nogent

L’activité de recherche de Nogent, encadrée par quatre enseignant-chercheurs et un ingénieur de recherche, accompagnés d’un ingénieur d’étude, avec ses 6 doctorants, et son stagiaire post-doctorant, concerne les surfaces hautes performances.
Le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), qui a signé un accord LRC (Laboratoire de Recherche Correspondant) avec l’antenne de Nogent, investit dans l’activité de l’UTT par la mise à disposition d’équipements et le co-financement de thèses.
La croissance du Laboratoire commun avec le CEA est basée sur le développement des relations avec le tissu industriel local tant, sur les aspects liés à la formation que sur les relations partenariales associées à la recherche.
Le but est notamment de développer des matériaux innovants pour des applications mécaniques.

Il est important de rappeler le contexte de l’installation à Nogent d’un Laboratoire dans les domaines de « L’ingénierie des surfaces à partir de technologies chimiques en phase vapeur ». Celui-ci est une antenne de l’ICD-Lasmis de l’UTT à Troyes (Institut Charles Delaunay – LAboratoire des Systèmes Mécaniques et d’Ingénierie Simultanée). La thématique a été choisie pour positionner l’antenne UTT de Nogent au sein de l’IRT M2P (Institut de Recherche Technologique « Matériaux, Métallurgie, Procédés ») dans la région grand-est. Ce positionnement a été renforcé par la signature d’un accord LRC avec la Direction du Programme transversal « matériaux avancés » du CEA. Ce laboratoire commun, le NICCI (Nogent International Center for CVD Innovation) a pour objectif de développer des procédés et des matériaux génériques pour l’énergie (au début, nucléaire) et dans les domaines de l’outillage, ceci en relation avec le tissu industriel local. Plus généralement les domaines visés seront variés : milieux extrêmes, nouvelles technologies pour l’énergie, la santé, l’environnement, l’efficacité énergétique des ensembles mécaniques et les applications biomédicales.

Afin de fédérer des actions dans les domaines des traitements de surface, un rapprochement est en cours avec le CRITT-MDTS (Centre Régional d’Innovation et deTransfert deTechnologie – Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface) qui est également présent sur le site du pôle technologique Sud-Champagne.

La maîtrise des différentes technologies sous vide de dépôt chimique (CVD ; Chemical Vapour Deposition) sur une même plate-forme revêt un caractère unique et donc ambitieux. Dans ce contexte, l’antenne de Nogent a intégré des équipements d’élaboration basés sur des technologies hautes températures ou assistées plasma.

L’installation d’un réacteur industriel de CVD thermique s’achève avec la mise en conformité du bâtiment (pépinière), notamment concernant les aspects sécurité.

JPEG - 32.7 ko
Sofiane Achache a soutenu sa thèse à Nogent le 18 février 2016

Ces équipements d’élaboration sont complétés par des technologies de caractérisations fines des matériaux et des surfaces. Un tribomètre haute température et sous lubrification ainsi qu’un nano-indenteur ont par exemple été mis en place en collaboration avec le CEA. Un profilomètre optique est aussi opérationnel depuis octobre 2014. L’antenne de Nogent peut aussi mettre en œuvre des techniques de caractérisation physico-chimique comme la diffraction des rayons X et la microscopie électronique à balayage équipée d’un dispositif d’analyse EDS (Energy Dispersive Spectroscopy).

Les deux premières thèses effectuées au laboratoire, dont la première a été soutenue à Nogent en février 2016, ont permis de maîtriser deux réacteurs plasma et de développer un partenariat universitaire.

Outre les nombreuses techniques de caractérisation disponibles à Troyes et plus particulièrement à l’ICD-LASMIS, la plate-forme de Nogent va intégrer des moyens propres de caractérisation. Un banc de détermination des constantes élastiques est déjà monté et un autre de fatigue des surfaces sous impacts est en cours de montage. Comme précisé précédemment, des bancs de test tribologiques sont aujourd’hui disponibles (tribomètre, nano indenteur et profilomètre).

L’objectif d’établir des collaborations bilatérales avec les entreprises régionales au-delà des contrats d’apprentissage reste essentiel. En effet, les thématiques développées à l’ICD-LASMIS et notamment sur la plate-forme de Nogent (Nicci) sont de nature à favoriser de tels rapprochements dans les domaines de la mise en forme des matériaux, des traitements de surface pour applications mécaniques et du biomédicale. Concrètement, un « plateau technique » régional est en cours de développement. Il s’agit de structurer les activités de recherche en traitement de surface non seulement en région Champagne Ardenne mais aussi au niveau « grand-est ». Ce plateau technique ADHERE (traitements de surface avancés en Champagne-Ardenne), sera certainement mis en place prochainement. Une équipe de l’URCA, d’une part, et du CRITT MDTS, d’autre part, y seront associées.

Pour développer les collaborations avec les entreprises locales, un projet ANR- LABCOM est en cours de montage. Il s’agit par ce biais de soutenir le projet plus global de positionnement de l’antenne en CVD thermique et, à plus long terme, de développer une activité commerciale sur le site de Nogent en proposant aux usineurs de la région une prestation de traitement de surface.

Le CRITT MDTS

Le centre de ressources technologique CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) est une antenne à Nogent du Centre régional d’innovation et de transfert de technologies (CRITT) dont le siège est à Charleville-Mézières. C’est le plus grand CRITT spécialisé dans le domaine médical.

Il propose une assistance technique aux entreprises pour la caractérisation des matériaux, la mise au point et la validation de produits (expertises, analyses, chimiques, caractérisations métallurgiques, tests mécaniques et de fatigue, etc.).

Le CRITT MDTS a été créé en 1984 à Charleville-Mézières. Sa raison d’être, toujours d’actualité en 2016, est de faciliter le lien entre l’industrie, et notamment les PME, et la recherche.

Le CRITT MDTS est labellisé CRT (Centre de Ressources Technologique), par le MESR, depuis la création du label en 1996. À ce titre, il met à disposition des entreprises industrielles des compétences et des moyens de laboratoire performant et leur donnant accès à une gamme de services allant de la simple prestation de laboratoire à des programmes R&D complexes, en passant par des expertises, analyses et essais de tout niveau de sophistication.

Le CRITT MDTS est, pour ses deux sites, certifié ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001. Il est accrédité sur plusieurs programmes du COFRAC et dispose d’agréments AIRBUS et SAFRAN.

Le CRITT MDTS est implanté à Nogent depuis 1988. Cette implantation avait été motivée par la nécessité d’offrir un service de proximité à quelques-uns de ses clients importants basés à Nogent ou dans ses alentours. Cela a largement contribué à l’aboutissement du Pôle technologique. Aujourd’hui, le CRITT MDTS compte 50 salariés : 40 à Charleville-Mézières et 10 à Nogent.

La compétence « historique » du CRITT MDTS concerne les matériaux métalliques, les traitements de surface et les dépôts. Il s’est doté de compétences et de moyens très complets dans ce domaine.
Au fil des années, le CRITT MDTS a acquis une expertise reconnue dans l’étude et la caractérisation des dispositifs médicaux implantables. Il jouit aujourd’hui d’une notoriété nationale et internationale dans ce secteur médical, qui représente plus des 2/3 de son chiffre d’affaires, et près de 90% du chiffre d’affaires de son établissement de Nogent.

À Nogent, le CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) dispose de moyens en métallographie et expertise, caractérisation mécanique et analyse chimique.
Les locaux du CRITT MDTS, aussi bien à Charleville-Mézières qu’à Nogent, appartiennent à un syndicat mixte constitué du Conseil régional, des Conseils départementaux (Ardennes ou Haute-Marne) et de la communauté de commune (de Charleville-Mézières ou de Nogent). Ces locaux sont mis gratuitement à la disposition du CRITT MDTS qui paye toutes les charges et l’entretien.
Hormis cet avantage en nature appréciable, le CRITT MDTS ne bénéficie d’aucune subvention récurrente.
Les ressources de fonctionnement du CRITT MDTS proviennent à 85% des prestations facturées à ses clients industriels et à 15% des subventions perçues dans le cadre de travaux de recherche collaboratives ou d’actions de diffusion technologique.
Environ un tiers des investissements du CRITT MDTS proviennent de subventions (toujours dans le cadre de projets de R&D collaborative) et 2/3 sont investis sur fonds propres.
En 2008, dernière année pleine avant le déménagement dans les locaux actuels en 2009, le chiffre d’affaires du CRITT MDTS de Nogent était de 600 K€. Celui-ci a donc crû de 60% depuis l’implantation dans la zone technologique du Pôle.

Actuellement, le CRITT MDTS est impliqué dans 11 programmes de recherche collaborative encours ou démarrant prochainement (1 ANR, 2 Interreg, 7 programmes régionaux (APRC, Maturation, Emer- gence), 1 programme non financé, sur fonds propres).
Il est porteur de 4 d’entre eux. Un de ces pro-grammes (NANOTRIBO) est en partenariat avec l’UTT.

Le CRITT-MDTS a reçu 423 K€ de subvention en 2015 pour la recherche collaborative. Ce chiffre devrait être en augmentation significative en 2016 (542 K€ prévus).

La pépinière d’entreprises

La pépinière d’entreprises est un outil de développement économique local et de soutien à la création d’entreprise. Elle héberge et accompagne des entreprises nouvelles et donne à leurs créateurs l’opportunité d’accéder à des prestations de caractérisation et de recherche proposées par le CRITT MDTS et l’UTT de Nogent ; mais aussi des conseils, des informations par le biais de conférences, d’échanges avec d’autres créateurs, de partenariat avec des organismes extérieurs dans le domaine du développement technologique, juridique, comptable, fiscal, bancaire, commercial et de la gestion du développement technologique.

La pépinière d’entreprises du Pôle technologique Sud-Champagne à Nogent accueille depuis juillet 2010 des jeunes entreprises en incubation ou en création- développement.
Elle met à disposition 8 cellules comportant 2 bureaux et une halle industrielle chacune de 137 m² à 237 m² pouvant être loués à un prix forfaitaire attractif sur une durée d’environ trois ans, renouvelable une fois.

Aujourd’hui, deux entreprises sont installées au sein de cette pépinière :Com&Stick et 3A-Applications additives avancées.

3A-APPLICATIONS ADDITIVES AVANCÉE est une start’up de 11 personnes spécialisée dans l’expertise et la maîtrise du procédé de fabrication additive fusion faisceau d’électrons (EBM Electron Bea Melting) et notamment dans la fabrication additive alliages titane avec le procédé de fusion sur lit de poudre par faisceau d’électrons.
Sur le Pôle technologique, 3A accompagne les donneurs d’ordre, de l’aéronautique et du médical, et assure le développement et la production de leurs produits série. À sa création en 2011, elle a été hébergée provisoirement dans les locaux du CRITT MDTS. Depuis, la start’up connaît une croissance annuelle à deux chiffres de son chiffre d’affaires.
3A est labellisée Jeune Entreprise Innovante et son créateur, Philippe Vannerot, a été reconnu parmi les 50 personnalités qui font l’innovation en France (magazine Industrie &Technologies de février 2015).
Fin 2015, Michelin a pris une participation majoritaire au capital de 3A avec pour objectif de combiner leurs expertises complémentaires des procédés LBM (Laser) et EBM (Electrons) afin de proposer une offre globale répondant aux besoins des clients en matière de reconception et de production de pièces en fabrication additive métallique pour des secteurs et applications variés.

Nogentech

L’association du cluster Nogentech regroupe, dans deux départements thématiques de la santé (ProsthesisValley) et des matériaux (« FLAAMM » Forge-Laser-Aéronautique-Automobile-Mécanique-Matériaux), 45 entreprises spécialisées dans le secteur de la métallurgie et de la transformation du Métal (forges, fonderies, outillages, usinage, traitement de surface, polissage, maintenance,…), réputées pour leur savoir-faire et la qualité de leur main d’œuvre. Ces entreprises représentent plus de 3 000 emplois et un chiffre d’affaires de plus de 300 M€.

Sa mission consiste à mettre en place des actions d’animation et de dynamisation des entreprises haut-marnaises comme les Rencontres d’acheteurs du médical ou le Salon des savoir-faire industriels organisés par la CCI Haute-Marne, Nogentech, l’UIMM, le GIP Haute-Marne, l’antenne de l’UTT de Nogent, la Ville et l’Agglomération de Chaumont.

Nogentech a été labellisé SPL (Système Productif Localisé) en 2000, puis PER (pôle d’excellence rurale) en juin 2006, et reconnue par l’État comme « Grappe d’Entreprises » en mai 2010. Nogentech est le plus important cluster de l’ancienne région Champagne-Ardenne.

Avec plus de 35% de la production mondiale d’implants orthopédiques et d’instrumentations médicales, "Prosthesis Valley" comprend 28 sociétés spécialisées dans les dispositifs médicaux (prothèses, accessoires, instruments de chirurgie et métiers connexes) qui emploient près de 2 000 salariés.

JPEG - 172.4 ko
crédits : Photo : Éric Girardot

Des savoir-faire mutualisés

Nogentech permet également de mettre en commun des savoir-faire, outils d’ingénierie, départements de R&D, plateformes technologiques voire des salles blanches. Elle valorise au quotidien son partenariat avec les CHU, les universités, les laboratoires de recherche publics et privés, le pôle de compétitivité Matéralia et le pôle de compétitivité Alsace BioValley.

L’écosystème sur le territoire Nogent-Chaumont est particulièrement favorable au soutien de start’up innovantes dans le domaine médical. Une start’up à vocation industrielle dans l’instrumentation médicale, aura très vite besoin des ressources d’un territoire industriel pour développer des produits. Le site de Nogent répond à ces besoins.

Nogentech vient de déposer sa candidature au réseau thématique médical « French Tech ». Objectif : développer l’écosystème local de startups à forte croissance et renforcer le rayonnement européen de Prosthesis Valley.

Nogentech a également répondu l’appel à projet économie circulaire Champagne-Ardenne 2016 de l’ADEME pour le recyclage du titane dans les déchets. Nogentech travaille aussi a un projet pour fédérer des sous-traitants de moules pour permettre à plusieurs entreprises de répondre une offre unitaire à des commandes de grandes entreprises locales.

Le cluster Nogentech se caractérise par la convivialité et la solidarité des chefs d’entreprises qui y investissent leur temps. Ce cluster est auto financé à 75% par les cotisations de ses membres.

Les collectivités et les industriels ont réussi ce pari ambitieux d’impulser une nouvelle dynamique en implantant ce cluster. Le Pôle technologique Sud-Champagne est un exemple de réussite qui démontre à quel point ruralité rime avec modernité. " Small is beautiful " : voilà un constat prometteur pour ce territoire à taille humaine qu’est la Haute-Marne, interconnecté grâce au plan Haute-Marne numérique et très innovant grâce au dynamisme de ses industriels et de leurs équipes.

JPEG - 44.1 ko
crédits : Photo : Éric Girardot
JPEG - 25.7 ko
crédits : Photo : Éric Girardot

À propos de nos partenaires :


La Région Grand Est

La Région Grand Est (Alsace Champagne-Ardenne Lorraine) est engagée dans le bassin nogentais depuis de nombreuses années aux côtés des collectivités et des acteurs économiques afin de perpétuer la tradition industrielle de la cité de la coutellerie. Les forges d’antan ont laissé place à des entreprises de haute-technologie qui, combinées avec des formations de haut-niveau pour les étudiants de l’UTT et le site du Centre de ressources technologiques du CRITT MDTS, font du pôle technologique de Haute-Champagne un lieu de production de connaissances et de transfert pour accompagner le développement d’innovations.

La Région s’est engagée à hauteur de 700 000 €, pour la 3e tranche du Pôle technologique de Haute-Champagne dont les bâtiments peuvent désormais héberger des start-ups ainsi que les étudiants en formation à l’UTT. C’est la dernière étape d’un investissement important pour ce bassin d’emploi, combinant l’enseignement supérieur, l’innovation et le transfert de technologie, d’un coût total de 10,5 M€ dont 3,06 M€ financé par la Région.


Le GIP Haute-Marne

Le GIP est partenaire historique, aux côtés du Conseil départemental de la Haute-Marne, et soutien financier du Pôle technologique de Haute-Champagne.

Le GIP Haute-Marne gère les fonds d'accompagnement du laboratoire de recherche souterrain de l'ANDRA sur la gestion des déchets radioactifs Meuse/Haute-Marne.

Le GIP soutient l'innovation et le développement des entreprises et appuie les programmes d'investissement structurants des collectivités locales.

Pôle technologique Sud Champagne
ZI rue Lavoisier
52800 NOGENT

Téléchargez nos flyers :

PDF - 12.5 Mo
Le Pôle technologique Sud Champagne à Nogent
PDF - 1.9 Mo
das Technologiezentrum Nogent in der Süd Champagne
PDF - 1.9 Mo
Sud Champagne Technology park

 

Le pôle technologique Sud-Champagne, le Cluster Nogentech, les collectivités de Haute-Marne : un trio gagnant.

Le pôle technologique Sud Champagne est le site de l’innovation dans le domaine des Matériaux en Haute-Marne. C’est le creuset entre les entreprises, le cluster NOGENTECH, le centre de ressources technologique CRITT MDTS et les laboratoires de recherche de l’antenne de l’UTT à Nogent .

crédit photo : Christophe Juppin

La Haute-Marne est un département historiquement métallurgique depuis le XVIIIe siècle (forge, fonderie, usinage)

Au nord du département, dans un rayon de 25 km autour de Saint-Dizier, les entreprises de fonderie représentent en 2016 plus de 2 000 salariés.

Au sud du département, au niveau de Chaumont Nogent, existe également un écosystème industriel dense qui a fait la preuve de son dynamisme et de sa capacité à faire évoluer ses technologies pour suivre les marchés porteurs de la métallurgie : initialement spécialisées dans le domaine des armes blanches, puis dans la coutellerie et la cisellerie, ces entreprises sont aujourd’hui leader dans les instruments chirurgicaux, les implants, ou encore l’automobile et l’aéronautique. Cela représente 2000 salariés dans le domaine médical, 2000 salariés dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, et de l’usinage mécanique.

Le territoire Chaumont-Nogent abrite la plus grande forge automobile de France (les Forges de Courcelles), la plus grande forge aéronautique de France (Lisi Aerospace-Forges de Bologne ) ainsi que la plus grande forge du médical d’Europe (les établissements Maurice Marle). Ce sont aujourd’hui quelques 800 000 prothèses, la majorité de hanches, représentant le tiers du marché mondial qui sortent de cette entreprise, premier fabricant en Europe !

En 1988, le centre de ressources technologiques (CRT), Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologies Matériaux, CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) dont le siège est à Charleville-Mézières dans les Ardennes, à 300 km, crée une antenne en centre-ville à Nogent. Cette localisation en Haute-Marne est motivée par la nécessité d’offrir un service de proximité à quelques-uns de ses clients importants basés à Nogent ou dans ses alentours.

Créé en 2007, le pôle technologique sud Champagne de Nogent (52800) abrite les locaux du CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) au sein de son premier bâtiment (A). Le cluster Nogentech, qui regroupe 50 entreprises, l’a vite rejoint pour y installer son siège social. Ce cluster, très actif, met en place bon nombre d’actions d’animation et de dynamisation auprès des entreprises haut-marnaises. Ainsi, le 14 septembre 2016, l’ADEME a retenu un projet de recyclage et de valorisation de déchets de titane déposé par le cluster dans le cadre d’un appel à projets en territoire champardennais. Les entreprises de ce territoire affichent une réelle capacité à travailler ensemble.

De même, la mission French Tech a identifié les secteurs d’activité les plus dynamiques en termes de start-ups, permettant la création de Réseaux. Nogentech a été distingué parmi les écosystèmes les plus favorables aux start-ups. Le 25 juillet 2016 à Laval, Emmanuel Macron a annoncé que le cluster Nogentech, et son département Prosthesis Valley, intégraient le réseau thématique de la santé #FrenchTech #HealthTech pour les dispositifs médicaux.

Parallèlement, l’université de technologie de Troyes (UTT), qui a été créée en 1994 à Troyes s’est tournée vers les entreprises du Sud de la Haute-Marne, aux fortes croissances annuelles, pour placer ses étudiants en stage. La densité industrielle et l’accueil des chefs d’entreprises ont permis un fructueux partenariat entreprises-université.

Certaines entreprises locales ayant des croissances annuelles à deux chiffres, le besoin en étudiants s’est accentué, incitant les collectivités à travailler cette fois sur l’accueil immobilier de ces étudiants pour répondre aux besoins des entreprises. Celles-ci ont sollicité l’UTT pour recevoir des étudiants en contrat d’apprentissage, ce qui était novateur pour l’université.
C’est ainsi, qu’en septembre 2011, la première promotion d’élèves ingénieurs formés en apprentissage à l’UTT fait sa rentrée au pôle technologique de Nogent, occupant la totalité du deuxième bâtiment (B) du pôle achevé en 2015.

En 2012, le CEA a signé avec l’antenne de l’université de technologie un accord Laboratoire Recherche Correspondant (LRC), dénommé « Nicci » (Nogent international center for CVD innovation).

Le dépôt chimique en phase vapeur (ou CVD pour l’anglais chemical vapor deposition) est une méthode de dépôt sous vide de films minces, à partir de précurseurs gazeux. L’objectif du laboratoire consiste à « développer des procédés et des matériaux génériques pour l’énergie, ainsi que dans les domaines de l’outillage », en lien avec le tissu industriel local.

Le pôle technologique Sud Champagne est le principal creuset de l’innovation dans le domaine des Matériaux en Haute-Marne. Les liens entre les entreprises, le centre de ressources technologique CRITT MDTS et les laboratoires de recherche de l’antenne de l’UTT à Nogent sont de plus en plus étroits. L’effectif de 120 élèves, ingénieurs, licences professionnelles, ou doctorants formés sur le site devrait augmenter notablement dans les trois prochaines années.

Le troisième (C) et le quatrième bâtiments (D) du pôle sont consacrés à la pépinière d’entreprises destinée à favoriser la création d’entreprise. Elle permet à l’entrepreneur de tester sur plusieurs années la viabilité de son projet en louant des espaces dans l’incubateur avant de s’installer dans ses propres locaux.

En 2016, ce sont un laboratoire de recherche (NICCI) et deux entreprises qui occupent la pépinière :
L’entreprise 3A : Applications Additives Avancées accompagne les donneurs d’ordre, du développement à la production de leurs produits en série.
http://applicationsadditivesavancees.fr/index.php/fr/
Depuis sa création en 2011, elle connait une croissance annuelle à deux chiffres et son chiffre d’affaire atteignait près d’un million d’euros au 31 janvier 2015. Elle réalise plus de 70% de son chiffre d’affaires dans le secteur aéronautique et spatial et compte parmi ses clients Snecma, filiale du groupe Safran, et Dassault Aviation, société pour laquelle elle est qualifiée au rang 1 pour la production en série de pièces avion.
Fin 2015, Michelin a pris une participation majoritaire au capital de 3A avec pour objectif de combiner leurs expertises complémentaires des procédés LBM (Laser) et EBM (Electrons) afin de proposer une offre globale répondant aux besoins des clients en matière de reconception et de production de pièces en fabrication additive métallique pour des secteurs et applications variés.

Notons que le territoire Chaumont-Nogent compte un niveau de chômage parmi les plus faibles de France. Le cluster Nogentech s’investit pour séduire les populations environnantes pour les attirer dans les entreprises à forte croissance.

http://www.villedenogent52.fr/page/documents/Le%20P%C3%B4le%20Technologique%20de%20Haute.pdf

http://www.utt.fr/_attachments/espace-presse-article/CP-%2520UTT%2520Nogent%252021%2520octobre%25202016.pdf?download=true

 

Pole Technologique Sud Champagne Le Pôle technologique, vitrine et tremplin pour les savoir-faire haut-marnais

Né en 2009 de la volonté du conseil Départemental, le Pôle technologique Sud Champagne de Nogent (Haute Marne) est aujourd’hui le principal creuset de l’innovation dans le domaine des matériaux en Haute-Marne. C’est un formidable tremplin pour les savoir-faire haut-marnais. Plongée au cœur de ce site à la pointe dans le domaine des matériaux innovants.

texte d’origine sur : Haute-Marne Expansion : Le pôle technologique de Nogent

Le Pôle technologique Sud Champagne a vu le jour en 2007 à Nogent à l’initiative du Conseil Général de la Haute-Marne, avec le soutien du GIP Groupement d’intérêt public Haute-Marne). Les grands bâtiments blancs qui ont été érigés sur le périmètre de la zone industrielle nogentaise appartiennent au syndicat mixte du Pôle technologique Sud Champagne (le Symtec), qui en a confié la gestion et l’entretien aux services du département. C’est une véritable vitrine et un formidable tremplin pour les savoir-faire haut-marnais. Plongée au cœur de ce site à la pointe dans le domaine des matériaux innovants.

Le Pôle technologique a trois composantes :

- un laboratoire industriel (le CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) ),
- un centre universitaire (l’UTT) et
- une pépinière d’entreprises.

La deuxième tranche de travaux a été achevée en 2013. La troisième phase, qui prévoyait l’extension de l’UTT et celle de la pépinière, en 2015. La pépinière est divisée en deux bâtiments, tandis que le Critt et l’UTT occupent deux bâtiments distincts reliés par un couloir.

Ils sont tous deux des antennes d’établissements implantés respectivement à Charleville-Mézières et à Troyes.

À Nogent, l’ antenne du CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) met ses techniciens et son ingénieur au service des industriels, notamment dans le secteur du médical.

L’antenne de l’UTT forme en trois ans des ingénieurs en mécanique et en matériaux par la voie de l’apprentissage. La première promotion sortira à la fin de cette année scolaire. L’antenne de l’UTT fait aussi de la recherche en lien avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Quant à la pépinière, elle héberge pour l’instant une entreprise, la société 3A (Applications Additives avancées). L’UTT occupe aussi une partie de ces locaux.

Christophe Juppin, animateur du Pôle Technologique Sud-Champagne : « S’appuyer sur des compétences pour faire émerger de nouveaux produits et process »

Christophe Juppin a, pendant douze ans, occupé des fonctions d’expert innovation sur le territoire champenois après avoir effectué une longue carrière de chef d’entreprise dans les Ardennes. Il nous dit plus en détail quel est son nouveau rôle, au service cette fois, du territoire haut-marnais et de ses entreprises.

Vous avez été recruté en janvier 2014 et vous avez désormais pris vos marques au sein du Pôle Technologique Sud-Champagne. Qui vous a embauché et quelle est la mission qui vous est confiée ?

« J’ai été recruté dans le cadre d’un partenariat particulier et nouveau entre la Chambre de commerce et d’industrie de Haute-Marne, le GIP Haute-Marne et le territoire de Nogent. Ma fonction est double puisque je suis à la fois un référent/expert Innovation auprès des entreprises et des acteurs sur la Haute-Marne et l’animateur du Pôle Technologique de Sud-Champagne et de ces différentes composantes. Pour m’immerger pleinement dans ces missions, j’ai fait le choix de vivre en Haute-Marne, sur place à Nogent. Rattaché à l’équipe Haute-Marne Expansion (HME), je suis évidemment basé au sein même du Pôle technologique à Nogent. Nous entendons faire jouer toutes les synergies possibles pour promouvoir et soutenir l’innovation des entreprises de Haute-Marne ».

Dans le contexte actuel, l’innovation est un moyen de se développer et de gagner de nouveaux marchés. C’est le message que vous vous efforcez de faire passer auprès des entreprises que vous rencontrez, quelle que soit leur secteur et leur taille ?

« L’innovation, c’est une chance à saisir pour les entreprises, particulièrement dans le contexte économique actuel. Ma mission est clairement de les aider à trouver les compétences scientifiques et techniques qui leur permettront d’innover et de faire évoluer leurs produits ou leurs process. Pour cela, un chargé de mission « innovation » a été recruté début janvier 2014 pour ancrer davantage cette « technopole » dans le tissu économique haut-marnais, participer à son animation et en faire la promotion. Il faut qu’elles puissent connaître et rencontrer les centres techniques et les laboratoires présents dans la région et les régions limitrophes avec lesquels elles pourront faire évoluer et voir aboutir des projets d’innovation. J’interviens dans le processus de maturation et le transfert de technologies.
Je participe à la mise en réseau des acteurs pour faire en sorte d’élever le niveau technologique des entreprises du territoire. Avec l’expertise acquise et les contacts que j’ai pu engranger dans la région, je peux également proposer des technologies validées en faisant concorder le développement scientifique et les savoir-faire de la recherche publique avec les besoins des marchés socio-économiques.
Pour faciliter la réalisation de ces projets, j’informe aussi les entreprises sur les dispositifs de soutiens financiers qui peuvent être sollicités sur le territoire ».
Avec la présence et les activités sur place de l’UTT, du CRITT-MDTS et de la pépinière, le Pôle Technologique figure parmi les principaux — sinon le principal —
creusets de l’innovation sur le territoire haut-marnais. Mais ce positionnement peut et doit être encore mieux valorisé...

« Je suis effectivement chargé de travailler aussi sur l’accompagnement des projets portés par l’UTT, le CRITT-MDTS et l’incubateur. Les différents acteurs ont des cartes à jouer ensemble. Ils sont parties prenantes de la vie et du succès du pôle, en particulier sur la sensibilisation, l’information des entreprises, la communication du Pôle, les projets collaboratifs... Il faut plus d’interaction entre eux, mais des choses prennent déjà forme et il faut le signaler. A l’image, dans le domaine du médical, du projet de recherche Nanotribo porté par le CRITT Matériaux, Dépôts et Traitements de Surface (MDTS) avec l’UTT (via son laboratoire LASMIS) et l’URCA, en partenariat avec une entreprise du bassin Chaumont-Nogent. Ce projet, encore entouré d’une certaine confidentialité, vise à
réduire l’usure des pièces médicales par un “microbillage de surface” pour obtenir un “effet de peau” ».

Les partenaires du Pôle Technologique Sud-Champagne ont finalisé l’extension des bâtiments en juillet 2015. Que pouvez-vous nous dire de cette extension de la troisième tranche ?

« Pour mémoire, cette 3 ème tranche était prévue dès l’origine, lors de la construction de la tranche 1 en 2009. L’extension a conforté le Pôle avec son ouverture en septembre 2015 – à côté de l’actuel cursus ingénieur UTT (via l’alternance), d’une école de techniciens supérieurs de haut niveau dans les domaines de la mécanique et des matériaux. Souhaitée par les entreprises, cette licence professionnelle, proposée sur le mode de l’apprentissage, doit pouvoir
répondre aux besoins exprimés.

La formation d’ingénieur est donc un succès ?

« C’est incontestable ! Les entreprises du territoire nous ont demandé de finaliser la troisième tranche du Pôle. Nos partenaires financiers sont convaincus de son bien-fondé, mais avec la raréfaction de l’argent public, le montage financier s’est avéré un petit peu plus délicat. Nous avions sollicité l’Etat, la Région, le Conseil général de Haute-Marne, le GIP et l’Europe.

L’intérêt pour la création d’une nouvelle formation de techniciens supérieurs en licence professionnelles sur l’antenne de l’UTT à Nogent a complété cette offre. Il faut toujours travailler en amont en partenariat avec les autres écoles d’ingénieurs de Champagne-Ardenne (IFTS à Charleville-Mézières, Arts et Métiers ParisTech de Châlons-en-Champagne, UTT) pour exposer l’offre de formation pour 900 ingénieurs en région et la cohérence de l’ensemble. Les familles et les jeunes doivent connaître ce qui se fait à côté de chez eux avant de courir dans une autre région. Ces formations sont bien intégrées dans le tissu industriel local, mais ce sera aux entreprises d’en faire la démonstration avec l’aide des CCI de Champagne-Ardenne. »

Philippe Schilde

Crédit photo : Philippe Savouret

Challenges Haute-Marne n°98 - CCI Haute-Marne - 2er trimestre 2014 page 19 -
Par Philippe Schilde/ Agence Info

 

Mentions légales

Droits

L’ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques.

Sauf mention contraire, l’éditeur revendique les droits d’auteur sur la totalité des textes et documents de ce site.

Informations sur l’éditeur

- Editeur du site : Christophe Juppin - Pôle Technologique, Bât. A, rue Lavoisier 52800 Nogent - tél : +33633722311

- Hébergement sur serveur mutualisé loué à OVH SAS, 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France

- Développement et conseil : DnC SARL Degoy net Consultants - 76, avenue du Général Leclerc - 92340 - Bourg la Reine.

- Responsable de la rédaction : L’éditeur du site.

CNIL - Informatique et libertés

CNIL : Formulaire et fichier "Annuaire des entreprise" : dispense DI-007 : Fichiers de communication non commerciale.
Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le Pôle technologique de Nogent (52 Haute-Marne) pour la collecte et le traitement de données personnelles nécessaires à la constitution d’un annuaire des entreprises.
Elles sont conservées pendant la durée de vie de l’entreprise considérée. et sont utilisées à des fins non commerciales, d’animation et d’information mutuelle, par le réseau des CCI, l’association Nogentech et tout autre participant ou correspondant institutionnel ou associatif non lucratif du Pôle technologique de Nogent, dans le périmètre de l’Union Européenne. Elles peuvent être consultées en ligne après identification (login et mot de passe) et connaître une diffusion sous forme imprimée (annuaire professionnel).
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Christophe Juppin - Pôle Technologique, Bât. A, rue Lavoisier 52800 Nogent - tél : +33633722311.

Cookie : Nous souhaitons implanter un cookie de durée de vie limitée dans votre ordinateur. Ce cookie ne nous permet pas de vous identifier ; il n’enregistre aucune information personnelle ou relative à la navigation de votre ordinateur sur notre site, mais simplement un code aléatoire permettant de gérer la continuité de la navigation dans le site (session). Notez que certaines pages font appel à des applications externes (Google, Twitter etc.) qui enregistrent des cookies sur votre terminal. Nous vous informons qu’il vous appartient de vous opposer à l’enregistrement de cookies en configurant votre navigateur. Cependant, cela provoquera des dysfonctionnements.